Attaque du Thalys : un homme placé en garde à vue

Attaque du Thalys : un homme placé en garde à vue
Justice

JUSTICE - Plus de deux ans après l’attaque du Thalys reliant Amsterdam à Paris, un homme a été interpellé, mardi 21 novembre, en Seine-Maritime dans le cadre de l’enquête. Il a été placé en garde à vue.

Un homme a été interpellé ce mardi en Seine-Maritime dans le cadre de l’enquête sur l’attentat du Thalys en 2015. "Il est susceptible d'avoir été en contact avec Redouane Sebbar lors de son séjour à Paris", a indiqué une source proche du dossier à l’AFP, confirmant les informations de France Bleu.

Redouane Sebbar, un Marocain de 25 ans, est soupçonné d’avoir participé à la préparation de l’attaque visant le Thalys-Amsterdam. Le 21 août 2015, Ayoub El Khazzani était monté dans le train à Bruxelles, armé d'une kalachnikov et de neuf chargeurs pleins. Il avait ouvert le feu peu après son entrée en France. Trois passagers avaient été blessés dont deux gravement. Un massacre avait évité grâce à l’intervention de trois militaires américains en vacances et d'un passager britannique qui avaient maîtrisé le tireur. Un acte héroïque qui leur avait valu la légion d’honneur. 

Lire aussi

En vidéo

Attentat déjoué du Thalys : El Khazzani "souhaite s'expliquer" confirme son avocate

Lire aussi

Redouane Sebbar est considéré comme un membre du "cercle fermé" du Belgo-Marocain Abdelhamid Abaaoud, possible donneur d'ordre de l'attaque du Thalys et cerveau des attentats du 13 novembre 2015 qui ont fait 130 morts. Les juges français se sont penchés sur un aller-retour express Paris-Bruxelles de Sebbar cinq jours avant l’attentat du Thalys. Un trajet qui aurait pu être un repérage avant le passage à l’acte d’Ayoub El Khazzani. Les deux hommes ont été arrêtés et mis en examen ainsi que Bilal Chatra, arrêté en Allemagne et remis depuis à la France. Ce troisième homme est soupçonné d'avoir servi d'éclaireur à Abaaoud sur la route des migrants à l'été 2015.

Début octobre, deux autres hommes en contact avec Sebbar avaient été placés en garde à vue avant d’être remis en liberté. Mardi, c’est désormais un proche de Sebbar mande du juge d'instruction en charge de l'enquête. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Le gouvernement envisage des mesures de durcissement nationales "dans les jours à venir"

Par âge, avec écoles ouvertes, local ou juste le week-end... 5 nuances de confinement

Appelés à "défendre l’intérêt" du pays, les musulmans de France s’inquiètent d’une surenchère

Le Maroc condamne la publication des caricatures de Mahomet

"Trop risqué", des médecins mettent en garde contre les conséquences d'un éventuel reconfinement

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent