Salah Abdeslam a parlé pour la première fois à la justice pour dédouaner un suspect

JUSTICE - Seul membre encore en vie des commandos du 13 novembre, Salah Abdeslam a pour la première fois ce vendredi évoqué les attentats devant un juge. Il est sorti du silence pour mettre hors de cause un suspect. Mais pas un mot sur ses éventuelles responsabilités. Depuis son arrestation, il s'était muré dans le silence.

C'est une première dans l'enquête sur les attentats du 13 novembre 2015. Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des commandos djihadistes des attentats du 13 novembre 2015, s'est exprimé ce vendredi devant le juge français en charge de l'enquête, pour dédouaner un suspect soupçonné de l'avoir aidé dans sa cavale.


Confronté à Ali Oulkadi, un proche de son frère Brahim mort en kamikaze le 13 novembre, Salah Abdeslam a affirmé n'avoir "jamais sollicité" l'aide de ce suspect, d'après cette source. Selon nos informations, Abdeslam a cependant refusé de répondre à la plupart des autres questions du juge en charge de l'enquête.

Muré dans le silence depuis son transfert de Belgique en France en avril 2016, il a notamment refusé de s'exprimer sur sa propre implication dans les attaques.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Les attentats du 13 novembre, deux ans après

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter