Attentats du 13-Novembre : l'enquête bouclée au printemps 2019, espèrent les magistrats

DirectLCI
JUSTICE - Le procureur de la République de Paris, François Molins, a annoncé vendredi matin sur Franceinfo que les juges d'instruction chargés de l'enquête sur les attentats du 13 novembre 2015 espèrent terminer l'instruction d'ici au printemps 2019. Mais le magistrat ne s'avance pas sur une date de procès pour Salah Abdeslam.

C'est une échéance que les victimes et leurs proches attendent avec impatience. L'enquête sur les attentats du 13 novembre 2015 pourrait prendre fin au printemps 2019. C'est du moins ce que souhaitent les juges d'instruction chargés de faire la lumière sur la série d'attentats qui a fait 130 morts, a annoncé vendredi matin le procureur de la République de Paris, François Molins, sur Franceinfo.


"Comme les juges d'instruction le disaient aux victimes lors de leur dernière réunion, ils espèrent clôturer l'instruction au printemps 2019" a affirmé François Molins, qui a qualifié le dossier de "tentaculaire". Il a ainsi évoqué "220 tomes de procédure" et 28.000 procès verbaux" dressés lors de cette colossale enquête.

Un procès "dans les délais les plus efficaces et les plus convenables"

Le magistrat, au premier plan dès qu'un attentat a lieu en France, ne s'est pour autant pas avancé sur la date d'un éventuel procès. Il ne souhaite pas annoncer un calendrier qui serait "trop aléatoire au regard des demandes d'actes à réaliser ou au regard des contestations qui peuvent être rendues contre les décisions". Mais il parle d'une "volonté affichée" de permettre à ce procès d'avoir lieu "dans les délais les plus efficaces et les plus convenables".

En vidéo

VIDÉO - Attentats du 13 novembre : comment se reconstruire deux ans après ?

Des "zones d'ombres" concernant "les armes qui ont servi aux commandos"

Comment l'instruction va-t-elle se poursuivre maintenant ? "On peut toujours espérer que l'arrestation de certaines personnes, si elles acceptent de coopérer et de parler, puisse apporter des éléments positifs et des clés de lecture supplémentaires pour comprendre ce qui s'est passé", a déclaré François Molins. Aujourd'hui, 13 suspects figurent au dossier, rappelle François Molins, 5 étant détenus en Belgique, 7 en France -dont Salah Abdeslam- et 1 en Turquie.


Concernant le contenu de l'enquête, le procureur explique que "le dossier est suffisamment avancé pour expliquer qui est allé en Syrie, expliquer les conditions du retour des djihadistes en Europe à l'été 2015", et dit disposer "d'élements d'informations très précis sur tout le volet logistique, les connexions entre tous ces gens là, les cellules, les planques,les appartements conspiratifs, les magasins dans lesquels ont été achetés les composants de gilets explosifs". Il reste néanmoins, selon François Molins, encore des "zones d'ombres" concernant "les armes qui ont servi aux commandos sur les terrasses et sur le Bataclan".

Plus d'articles

Sur le même sujet