Attentats du 13 novembre : Salah Abdeslam garde le silence

Justice
DirectLCI
AUDITION - Après avoir refusé de se rendre à un interrogatoire du juge antiterroriste en juillet, Salah Abdeslam a été, une nouvelle fois, convoqué ce jeudi au Palais de justice de Paris. L'audition a duré 1h30. Mais le suspect-clé des attentats de Paris est resté muet.

Salah Abdeslam n'est pas sorti de son mutisme. Il était de nouveau auditionné dans le cadre de l’enquête sur les attentats du 13 novembre,  ce jeudi matin à 10h. Parti à 7h de la prison de Fleury-Mérogis où il est en détention depuis plusieurs mois, le seul survivant des commandos du 13 novembre a été conduit au Palais de justice de Paris où il a été auditionné pendant 1h30 par un juge. "Salah Abdeslam a fait valoir, une nouvelle fois, son droit au silence", a déclaré son avocat, Franck Berton, à la sortie du bureau du juge.


Les raisons de son silence

Il avait déjà gardé le silence lors d'une audition en mai et avait refusé de se rendre à un interrogatoire du juge antiterroriste le 7 juillet. Ce refus était intervenu alors que son avocat, Frank Berton, s'apprêtait à demander au tribunal administratif de Versailles, puis au Conseil d'Etat, (qui l'ont débouté) de suspendre le dispositif de vidéosurveillance de sa cellule. Devant le Conseil d'Etat, Me Berton avait lié ce silence à "cette vidéosurveillance dont il ne veut plus" et qui porterait une atteinte excessive à sa vie privée. 


Témoin clé dans l’enquête sur les attaques de Paris qui ont fait 130 morts, Salah Abdeslam est incarcéré dans une cellule isolée du reste de la maison d’arrêt et vit sous vidéosurveillance 24h/24. Une situation qui l’avait poussé à saisir le Conseil d’Etat. 

En vidéo

Terrorisme : nouvelle audition pour Salah Abdeslam

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter