Attribution du Mondial au Qatar : le parquet ouvre une information judiciaire pour "corruption"

Attribution du Mondial au Qatar : le parquet ouvre une information judiciaire pour "corruption"
Justice

JUSTICE - Le Parquet national financier a, selon les informations de Mediapart, ouvert une information judiciaire pour "corruption active et passive" concernant l’attribution du Mondial 2022 au Qatar.

C’est l’aboutissement de trois ans d’enquête. Selon les informations de Mediapart, confirmées par l’AFP, le Parquet national financier a ouvert une information judiciaire pour "corruption active et passive" ainsi que pour recel et blanchiment, concernant l’attribution de la Coupe du monde de football 2022 au Qatar, le 2 décembre 2010. L’enquête, jusqu’ici menée sous l’égide du PNF, a été confiée dernièrement à un juge d’instruction, a indiqué lundi le parquet à l'AFP.

Comme l’explique Mediapart, l’ancien président de l’UEFA et vice-président de la FIFA Michel Platini, à l’instar de deux anciens collaborateurs de Nicolas Sarkozy, ont été placés en garde à vue et interrogés par l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), au mois de juin. Les questions des enquêteurs portaient essentiellement sur un déjeuner organisé à l'Elysée peu de temps avant l'attribution du Mondial.

Lire aussi

Platini de nouveau entendu ?

Platini, président de l’instance européenne de football à l’époque de l’attribution du Mondial 2022, avait finalement été laissé libre après sa garde à vue, et avait déclaré par la biais de son avocat William Bourdon être "totalement étranger à des faits qui le dépassent". Il devra néanmoins de nouveau répondre aux questions d’un juge d’instruction français, après l’ouverture de cette information judiciaire. 

Ce dernier était présent au fameux déjeuner à l’Elysée, entouré de Nicolas Sarkozy et Tamim ben Hamad al-Thani, prince héritier du Qatar. Dans un entretien au Monde en septembre dernier, l’ancien numéro 10 des Bleus avait reconnu avoir voté pour le Qatar, sans que Nicolas Sarkozy ne lui demande : "M. Sarkozy ne m’a jamais demandé de voter pour le Qatar. J’ai cru comprendre, puisqu’il y avait les Qataris, qu’il voulait que je le fasse."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent