Avocats surveillés dans l'affaire des "écoutes" : Sarkozy demande "la vérité" sur ces "manquements"

Les ténors du barreau, qui ont été surveillés lors d’une enquête secrète du parquet national financier en 2014, se disent "scandalisés". Nicolas Sarkozy, lui, dénonce "une invraisemblable accumulation de manquements et de dysfonctionnements".
Justice

JUSTICE - Au lendemain des révélations du Point sur des investigations d'ampleur d'avocats parisiens pour tenter d'identifier une "taupe" dans l'affaire dite des "écoutes", Nicolas Sarkozy est sorti de son silence.

"En réaction aux révélations du Point, je n'exprime qu'une seule demande : le respect de l'Etat de droit", a tweeté l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy ce jeudi. L'ex-chef de l'Etat, peu bavard sur le réseau social, a tenu à réagir aux révélations de l'hebdomadaire. Mercredi, il a révélé que plusieurs ténors du barreau parisien avaient été espionnés par le Parquet national financier (PNF) pour identifier la "taupe" éventuelle qui aurait informé Nicolas Sarkozy et son avocat Maître Thierry Herzog qu'ils étaient sur écoute. 

Lire aussi

L'existence de cette enquête, parallèle aux investigations dans l'affaire dite des "écoutes", était connue et dénoncée de longue date par la défense de l'ancien président et de son conseil, mais pas son contenu ni l'ampleur de la surveillance de tous ces avocats. "En conséquence, toute la vérité doit être établie sur les circonstances qui ont permis cette invraisemblable accumulation de manquements et de dysfonctionnements", a ajouté l'ancien Président. 

En vidéo

affaire des "écoutes" :Eric Dupond-Moretti dénonce des méthodes de "barbouzards"

Dupond-Moretti veut porter plainte

Selon l'hebdomadaire, les enquêteurs de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (Oclciff) ont épluché les factures détaillées de nombreux ténors du barreaux et de leurs collaborateurs, parmi lesquels Mes Eric Dupond-Moretti, Jean Veil, Jacqueline Laffont ou Hervé Témime, mais aussi d'une magistrate ou des lignes fixes du PNF. Certains ont même été géolocalisés. Sur LCI, Eric Dupond-Moretti a dénoncé des "méthodes barbouzardes" et annoncé qu'il souhaitait porter plainte.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent