Le match judiciaire Deschamps-Cantona reporté en 2021

Le match judiciaire Deschamps-Cantona reporté en 2021

JUSTICE - Le procès opposant les deux anciens footballeurs Didier Deschamps et Eric Cantona a été reporté au 12 octobre 2021. "Canto" est accusé de diffamation par le sélectionneur des Bleus pour des propos accusant implicitement "DD" de racisme, pour ne pas avoir sélectionné Hatem Ben Arfa et Karim Benzema à l'Euro 2016.

L’affaire remonte au 26 mai 2016. Dans les colonnes du Guardian, Eric Cantona, ancien international français et légende de Manchester United, avait implicitement accusé le sélectionneur des Bleus, Didier Deschamps, de racisme, pour ne pas avoir sélectionné Karim Benzema et Hatem Ben Arfa pour l'Euro 2016. Ce vendredi, "Canto" et Didier Deschamps devaient se retrouver au tribunal, le boss de l'équipe de France ayant porté plainte contre Cantona pour diffamation publique. 

Le procès a finalement été reporté. Devant la 17e chambre correctionnelle du tribunal judiciaire de Paris, les avocats de "DD", Me Carlo Alberto Brusa, et du "King" Me Céline Bekerman, ont demandé le renvoi pour se montrer "solidaires du mouvement" de protestation de leur profession contre la réforme de leur régime autonome de retraite. Ils ont assuré que leurs clients avaient l'intention d'être présents lorsque l'affaire serait débattue. Le procès a été reporté au 12 octobre 2021, mais d'ici-là, une audience a été fixée au 17 septembre 2020 pour examiner des nullités de procédure soulevées par l'avocate de Cantona.

Une vieille animosité entre Deschamps et Cantona

À l'époque, le "King" d'Old Trafford avait déclaré : "Une chose est sûre, Benzema et Hatem Ben Arfa, ce sont les deux meilleurs joueurs en France et ils ne joueront pas à l'Euro. Ce qui est certain également c'est que leurs origines sont nord-africaines. Donc oui, le débat est ouvert. (…) Deschamps a un nom qui sonne bien français. C'est peut-être le seul en France à avoir un nom aussi français. Personne ne s'est jamais mélangé avec personne dans sa famille. Comme les Mormons en Amérique."

"En vouloir ce serait un faible mot, je ne peux pas oublier", avait-il déclaré six mois plus tard. Interrogée avant l'audience, Me Bekerman a défendu la "liberté d'expression" d'Eric Cantona. Sous le maillot bleu, les deux anciens joueurs n'avaient déjà pas vécu une idylle parfaite. Cantona, qui n'avait pas hésité à qualifier "DD" de "vulgaire porteur d'eau" en 1996, a toujours soupçonné l'ex-capitaine des Bleus d'avoir contribué à l'écarter de l'équipe de France pour l'Euro cette année-là.

Lire aussi

D'après une source proche du dossier à l'AFP, Deschamps voudrait une "condamnation de principe" et reverserait ses dommages et intérêts à une association s'il a gain de cause. Une information non confirmée par l'avocat de "DD", Me Carlo Alberto Brusa. De son côté, l'avocate d'Eric Cantona, Me Céline Bekerman, voulait défendre sa "liberté de parole" : "Il assume ce qu'il a dit. Il n'insinue rien contre Didier Deschamps, contre qui il n'a pas d'animosité. Mais il a posé une question que beaucoup de gens se posaient." Les deux camps se retrouveront donc en octobre 2021 pour un nouveau match. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Après la forte mobilisation contre la loi "sécurité globale", le gouvernement sous pression

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

EN DIRECT - Mort de Diego Maradona : son médecin, Leopoldo Luque, se dit responsable seulement de l'avoir aimé

EN DIRECT - Coronavirus : moins de 10.000 nouveaux cas recensés en 24 heures

Sans masque ni couvre-feu, le Nouvel An sera-t-il "super contaminant" ?

Lire et commenter