Bobigny : un ancien instituteur d'une école maternelle jugé pour "violences aggravées"

Justice

PROCÈS - Un instituteur de 61 ans soupçonné d'avoir commis des violences à la rentrée 2015 sur des enfants dans une école maternelle de Pantin (Seine-Saint-Denis) comparaît ce mercredi après-midi devant le tribunal correctionnel de Bobigny. Il avait été suspendu de ses fonctions juste après le dépôt de quatre plaintes.

L'affaire remonte à septembre 2015. Quelques jours à peine après la rentrée scolaire, plusieurs parents d'élèves en section de maternelle à l'école Liberté, 9, rue de la Liberté à Pantin (Seine-Saint-Denis) avaient porté plainte à l'encontre de l'instituteur en charge de leur enfant. 

 

Selon les déclarations des plaignants, le sexagénaire aurait poussé violemment à plusieurs reprises au moins quatre de ses élèves alors même que ces derniers n'étaient âgés que de deux et trois ans. Interpellé le 23 septembre 2015 par la police et placé en garde à vue, l'instituteur avait reconnu avoir eu un "geste non maîtrisé, mais involontaire", à l'égard non pas de quatre enfants mais d'un seul. Ce mercredi, un peu plus d'un an après les faits, il sera jugé pour "violences aggravées" par le tribunal correctionnel de Bobigny. 

Un professeur expérimenté

À l'époque des faits, l'affaire avait suscité beaucoup d'émoi dans l'établissement. Une cellule d'écoute avait été mise en place dans l'enceinte de l'école Liberté. Plusieurs parents avaient en effet fait part à la direction de leur colère et de leurs craintes. L'inspection académique avait décidé, elle, de suspendre l'enseignant par mesure conservatoire. 

 

Âgé de 60 ans au moment des faits, l'instituteur avait déjà une longue carrière derrière lui et devait prendre sa retraite en 2017. Aucune plainte n'avait été déposée par le passé à son encontre. 

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter