Bruxelles : un frère de Salah Abdeslam inculpé pour un braquage

Justice

BELGIQUE - Mohamed Abdeslam, un frère de Salah Abdeslam le suspect clé des attentats du 13 novembre 2015, a été arrêté et inculpé pour "vol avec violence, en bande avec arme", dans le cadre d'une enquête sur un braquage commis en janvier dernier.

On connaissait déjà son visage. Mohamed Abdeslam, frère du djihadiste Salah Abdeslam, suspect clé des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, a été inculpé puis écroué vendredi 23 février en Belgique. Son arrestation a eu lieu dans le cadre d'une enquête sur un braquage commis fin janvier à Molenbeek, a annoncé ce samedi le parquet de Bruxelles.

Plusieurs médias belges font état d'un braquage "au couteau" lors d'un transport d'argent bancaire sans escorte, en présence de trois employés communaux qui portaient 70.000 euros en liquide. Deux personnes ont été arrêtées, dont Mohamed Abdeslam donc, et inculpées de "vol avec violence, en bande avec arme" a encore confirmé le parquet. Deux autres personnes également interpellées jeudi ont été remises en liberté, a-t-on ajouté auprès de l'AFP de même source, soulignant que "l'enquête se poursuit activement".

Lire aussi

Il nie les faits qui lui sont reprochés

La commune bruxelloise de Molenbeek, où réside la famille Abdeslam et où Mohamed a été employé municipal, a de son côté ouvert une enquête interne sur les conditions de ce transport d'argent liquide. Fin janvier, la presse avait envisagé la piste de complicités au sein du personnel communal pour expliquer le braquage. Pour l'heure, l'avocate du grand frère de Salah Abdeslam, Nathalie Gallant, indique que son client nie les faits qui lui sont reprochés. Sollicitée par LCI, l'avocate n'a pas donné suite pour l'instant. Dans le passé judiciaire de Mohamed Abdeslam figure déjà sa participation à ce qui fut nommé par la presse "le gang des ambulanciers charognards". Et qui l'a mené, à l'âge de 18 ans, à une condamnation à deux ans de prison avec sursis pour vols. A présent, lui et l'autre personne interpellée attendent de comparaître mercredi prochain, devant la chambre du conseil. 

On se souvient que Mohamed Abdeslam avait pris la parole au moment des attentats de Paris. En décembre dernier, à l'approche du procès de Salah Abdeslam à Bruxelles dans un autre dossier, il indiquait encore dans un quotidien belge lui rendre visite en prison, en région parisienne, pour le convaincre de "s'exprimer enfin" et le mener à la "rédemption".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter