Calvados : six mois de prison ferme pour un joggeur qui courrait avec un maillot floqué "Ben Laden"

Calvados : six mois de prison ferme pour un joggeur qui courrait avec un maillot floqué "Ben Laden"

DirectLCI
JUSTICE - Mardi, cet individu âgé de 34 ans était jugé par le tribunal correctionnel de Caen pour "apologie du terrorisme". Et si ce père de famille âgé de 34 ans a plaidé l'humour, il a tout de même écopé d'une peine de six mois de prison ferme.

Une plaisanterie, si s'en était vraiment une, qui n'a pas fait rire grand monde. Repéré par les agents de sécurité d'un magasin spécialisé de l'agglomération caennaise - l'individu se promenait bracelet électronique au pied, capuche sur la tête et cherchait à "éviter les caméras de vidéosurveillance", d'après les témoignages - Chakib L. a ensuite été arrêté au mois de juin dernier pour avoir fait floquer un maillot du FC Barcelone au nom d'Ousama Ben Laden, ancien chef du réseau terroriste Al-Qaïda, décdé en 2011. 


Comme le révèle Le Parisien, ce père de famille âgé de 34 ans était jugé mardi pour apologie du terrorisme par le tribunal correctionnel de Caen et à été condamné à six mois de prison ferme. Car l'homme, en plus de porter "de temps en temps" ce maillot pour faire son footing, en possédait une collection du même genre. 

D'autres maillots au nom d'"Ali le chimiste", d'"Abou Hamza" ou du "mollah Omar"...

"Ali le chimique", bras droit de Saddam Hussein responsable de la mort de 5.000 Kurdes lors d’une attaque au gaz dans le Kurdistan irakien en 1988, "Abou Hamza", un imam radical prônant le djihad ou encore un autre estampillé "mollah Omar", ancien chef des talibans en Afghanistan, tels étaient, par exemple, les autres noms floqués sur des maillots retrouvés au domicile de ce dernier...

En vidéo

Les photos inédites du 11 septembre publiées par le FBI

Et si Chakib L. a plaidé l'humour - "C'est le gars des Guignols qui fait de la mobylette. Ça me faisait rire", rapporte Le Parisien -, le juge lui a rétorqué que c'était "de la provocation" et que c'était "inadmissible et choquant". Pas convaincu du tout, donc, par la défense de l'accusé, le juge a encore estimé que l'homme était "motivé et violent". Avant de le condamner à six mois de prison ferme.

Plus d'articles

Sur le même sujet