Cécile Bourgeon, la mère de Fiona libérée d’ici deux à quatre mois ?

DROIT - Acquittée des poursuites criminelles, Cécile Bourgeon a été condamnée vendredi à cinq ans de prison pour quatre faits délictuels. Ses avocats Gilles-Jean et Renaud Portejoie tablent sur une libération très rapide, surtout si le parquet ne fait pas appel.

Le verdict a fait l'effet d'un coup de théâtre. Dans le procès de la mort de la petite Fiona, le beau-père, Berkane Makhlouf, a été condamné à 20 ans de réclusion, avec une période de sûreté des deux-tiers. Mais la mère de l'enfant, Cécile Bourgeon, acquittée partiellement, n'a écopé "que" de cinq ans, pour des faits délictuels. La concernant, les divers scenarii juridiques penchent vers une libération rapide. C'est en tout cas ce qu'espèrent les avocats de Cécile Bourgeon, Gilles-Jean et Renaud Portejoie. Si le parquet ne fait pas appel, avec le jeu des remises de peine automatiques, ils tablent sur une remise en liberté "d’ici deux à quatre mois", ont-ils confié à La Montagne.


Premièrement, quoi qu'il arrive, Cécile Bourgeon étant en détention provisoire depuis le 26 septembre 2013, ces trois ans d'incarcération seront déduits des 60 mois auxquels elle a été condamnée.


Ensuite, il y a la question du très probable appel du parquet. Si c'est le cas, Cécile Bourgeon pourra faire une demande de remise en liberté qu'elle a toutes les chances d'obtenir, assortie d'un contrôle judiciaire ou pas. Accusée ou témoin, elle comparaîtrait libre lors de ce second procès. 


Enfin, scénario idéal pour les deux avocats : pas d'appel, et une remise en liberté définitive sous quelques mois grâce aux remises de peine.

Pour mémoire, les ex-concubins ont écopé  de deux peines distinctes, et surtout bien en-deçà des réquisitions de l'avocat général. Ce dernier avait retenu la "co-action" et réclamé le maximum, trente ans, pour les deux accusés. Les jurés, l'acquittant des coups mortels, n'ont finalement reconnu Cécile Bourgeon coupable que de quatre délits : non-assistance à personne en danger, recel de cadavre, modification de l'état des lieux du crime et dénonciation de crime imaginaire. 


Le couple avait fait croire à un enlèvement pendant des mois, en 2013, avant d'avouer la mort de la petite fille de cinq ans. Son corps n'a jamais été retrouvé. Cécile Bourgeon, qui a perdu l'autorité parentale sur ses autres enfants à l'issue du procès, aspire à quitter la région. "Mon rêve, c’est d’avoir une famille nombreuse, d’avoir plein d’enfants autour de moi", avait-elle déclaré lors d'une des audiences. 

En vidéo

JT WE - Procès Fiona : 5 ans de prison pour la mère, 20 ans pour le père, un verdict surprenant

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Mort de Fiona : peine alourdie en appel pour la mère

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter