Chantiers navals de Saint-Nazaire : l'enquête visant Alexis Kohler classée sans suite

Justice

JUSTICE - Après près de quinze mois d'enquête, le parquet national financier a annoncé ce 22 août avoir décidé de classer sans suite la plainte visant le secrétaire général de l'Elysée. Cousin de la cofondatrice de l'armateur MSC, il était soupçonné de prise illégale d'intérêts dans la gestion des chantiers navals de Saint-Nazaire.

La fin des ennuis pour Alexis Kohler ? Un sursis, à tout le moins, puisque le parquet national financier (PNF)  a annoncé jeudi 22 août avoir classé sans suite l'enquête visant le secrétaire général de l'Elysée sur un éventuel conflit d'intérêts entre les fonctions occupées dans sa carrière de haut fonctionnaire et ses liens familiaux avec MSC, un armateur qui figure parmi les clients du chantier naval de Saint-Nazaire.

Pantouflage et carrière dans les cabinets

A la suite d'une série d'articles de Mediapart et le dépôt d'une plainte de l'association Anticor, l'organe de lutte contre la délinquance financière avait ouvert une enquête le 4 juin 2018 afin de faire la lumière sur cette affaire. Le travail du site d'informations en ligne avait notamment permis de révéler que, alors qu'il était employé de l'Agence des participations de l'Etat, il avait siégé comme administrateur au conseil de STX France, la structure chargée desdits chantiers, en dépit des liens qui l'unissaient à Rafaela Aponte, cofondatrice de MSC. 

Comme l'impose son CV de haut fonctionnaire, Alexis Kohler, qui souhaite ensuite "pantoufler" en rejoignant le groupe privé après une expérience dans la fonction publique, demandera à deux reprises à travailler pour STX. Premier échec en 2014, après son départ du ministère de l'Economie, la commission de déontologie de la fonction publique arguant de son intervention sur un contrat conclu entre MSC et STX en 2010. La deuxième tentative, en 2016, alors qu'il suit un Emmanuel Macron sur la route de l'Elysée, sera la bonne. 

Lire aussi

Plainte pour prise illégale d'intérêts

Il devient alors directeur financier du n°2 mondial du fret maritime, avec l'accord de la commission de déontologie, qui s'appuie sur une garantie fournie par Emmanuel Macron selon laquelle son "hémisphère droit" a été tenu éloigné des dossiers MSC. Dans sa plainte, Anticor déplorait notamment que Kohler n'ait "pas hésité à intervenir sur le dossier de reprise des chantiers de l'Atlantique/STX en tant que représentant de MSC, quelques mois après avoir été en charge du même dossier en tant que directeur adjoint de cabinet puis directeur de cabinet auprès du ministre de l'Economie et des Finances".

Des récriminations qui aboutiront au dépôt d'une plainte pour corruption passive et prise illégale d'intérêts, aujourd'hui classées sans suite par le PNF, qui doit faire face aux récents départs successifs de trois de ses figures, la procureure Eliane Houlette et les juges Tournaire et Van Ruymbeke. Dans un communiqué publié le 22 août, le parquet explique qu'"après un an d'enquête, l'analyse des éléments recueillis par la brigade de répression de la délinquance économique (BRDE) de la direction générale de la police judiciaire ne permet pas de caractériser les infractions initialement suspectées". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter