Cinq petites semaines pour Bayrou, Sarnez et Goulard : avant eux, qui ont été les ministres les plus éphémères ?

Justice
VITE FAIT (BIEN FAIT?) - Après la démission de François Bayrou, Marielle de Sarnez et Sylvie Goulard, retour sur ces ministres qui ont fait des passages "expéditifs" dans les gouvernements de ces 15 dernières années.

Cinq semaines, c'est la durée du CDD des ministres MoDem dans le premier gouvernement Philippe. Sous pression depuis que le parquet de Paris enquête sur les assistants parlementaires de leur mouvement, François Bayrou (Justice) et Marielle de Sarnez (Affaires européennes) ont en effet emboîté le pas de leur collègue Sylvie Goulard (Armées), qui avait choisi mardi de jeter l'éponge pour pouvoir "démontrer librement (s)a bonne foi" dans cette affaire. Mais ils sont loin d'être les seuls à avoir connu un bail très court au gouvernement. Retour sur ses ministres "express" depuis la mise en place du quinquennat en 2002.

Bruno Le Roux, 106 jours

Il a été contraint de prendre la porte en mars dernier, devenant, après 106 jours passés au gouvernement, le deuxième ministre de l'Intérieur le plus éphémère de la Vé République. Impliqué dans une affaire sur l’emploi de ses filles, lycéennes puis étudiantes, comme collaboratrices parlementaires quand il était député, Bruno Le Roux avait quitté le gouvernement quelques heures après l’ouverture d’une enquête préliminaire par le parquet national financier.

Renaud Donnedieu de Vabres, 40 jours

Après la réélection de Jacques Chirac en 2002, Renaud Donnedieu de Vabres est nommé le 7 mai 2002 ministre délégué aux Affaires européennes dans le premier gouvernement de Jean-Pierre Raffarin. Impliqué dans une affaire de financement occulte du défunt Parti républicain, il est mis en examen en qualité de directeur de cabinet du président du parti, François Léotard. Il quitte le gouvernement le 17 juin 2002.

Philippe Briand, 14 jours

Le 31 mars 2014, Philippe Briand est nommé secrétaire d’État à l’Aménagement du territoire dans le gouvernement Raffarin III. Président de Citya, un groupe de gestion immobilière, et dirigeant d’un cabinet d’assurances, Philippe Briand reconnaît dans une lettre au Premier ministre qu’il n’avait pas réalisé que son poste serait incompatible avec ses activités de chef d’entreprise. Pour éviter les conflits d’intérêts et de mettre sa société en difficulté, il démissionne du gouvernement le 14 avril 2004.

Hervé Gaymard, 89 jours

Figure montante de l’UMP, Hervé Gaymard est nommé ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie dans le gouvernement Raffarin III le 29 novembre 2004. Le 16 février 2005, le Canard Enchaîné révèle que le ministre, sa femme et ses huit enfants sont logés dans un duplex privé de 600 m2 loué par l’État au prix de 14.000 euros par mois. Pour calmer les esprits, il quitte l’appartement. Mais rien n’y fait, il est contraint de démissionner du gouvernement le 25 février 2005.

François Baroin, 50 jours

Le 26 mars 2007, Nicolas Sarkozy démissionne de son poste de ministre de l’Intérieur pour se concentrer sur la campagne présidentielle. Il sera remplacé le jour même par François Baroin. Le maire de Troyes assure l’intérim pendant les deux derniers mois de la présidence Chirac. 

Alain Juppé, 31 jours

Après la victoire de Nicolas Sarkozy à la présidentielle de 2007, Alain Juppé est nommé le 18 mai ministre de l’Écologie, du développement et de l’aménagement durable. Mais le maire de Bordeaux est battu lors des élections législatives dans la 2ème circonscription de la Gironde. Le soir même, il annonce son intention quitter son ministère. La démission du gouvernement Fillon, présentée le 18 juin à Nicolas Sarkozy, évite à Alain Juppé de devoir formellement démissionner.

Thomas Thévenoud, 9 jours

Le 26 août 2014, le porte-parole du groupe socialiste de l’Assemblée nationale Thomas Thévenoud devient secrétaire d’État chargé du Commerce extérieur, de la promotion du tourisme et des Français à l’étranger. Mais la promotion tourne très vite au cauchemar. Le 4 septembre, il annonce démissionner à cause d’un "problème de conformité" avec le fisc. 


Membre du gouvernement de Manuel Valls pendant seulement 9 jours, il égale le record du mandat le plus bref de l’histoire de la Vème République, détenu depuis 1988 par Léon Schwartzenberg, ministre délégué à la Santé du gouvernement Rocard.

Des enquêtes du Canard Enchaîné, de Mediapart et Le Monde révèlent que l’ancien secrétaire d’État n’a pas payé ses impôts ou déclaré ses revenus depuis des années, n'a pas payé son loyer pendant trois ans et qu'il avait omis de régler des amendes de stationnement.

En vidéo

Bruno Le Roux annonce sa démission après les révélations de Quotidien sur ses filles

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Bruno Le Roux et l'emploi de ses filles à l'Assemblée

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter