Condamnés pour fraude fiscale, les époux Balkany pourraient quand même se présenter aux municipales

Justice

JUSTICE - Le tribunal a prononcé des peines de prison ferme et d'inéligibilité pour les deux époux Balkany, assorties d'un mandat de dépôt pour le maire de Levallois, vendredi 13 septembre. Une condamnation qui n'empêche pas le couple de se présenter aux prochaines élections municipales.

Quand il l'avait annoncé, lors d'un conseil municipal de décembre 2018, et alors qu'il pouvait sentir sur son cou le souffle de ses procès pour fraude fiscale et prise illégale d'intérêt, Patrick Balkany avait encore étonné par son optimisme. Fanfaronnade pour impressionner son opposition ? Coup d'esbroufe pour conjurer le sort ? En tout cas, on pouvait bien lire, dans les colonnes du Parisien, ce jour-là, toute la confiance du maire de Levallois, dans une réponse à son adversaire préféré Arnaud de Courson : "Non seulement je vais être candidat aux municipales, mais je le serai également aux cantonales [les départementales, ndlr] pour vous battre."

Cette confiance affichée alors qu'une condamnation à une peine d'inéligibilité lui pendait au nez n'était pourtant pas un coup de bluff. En effet, l'ex-député LR et son adjointe et épouse, Isabelle Balkany, bien que condamnés à des peines de prison ferme et à plusieurs années d'inéligibilité, pourront concourir au prochain scrutin électoral hexagonal. Et pour cause, l'intéressé avait depuis longtemps prévenu qu'il ferait appel. "Deuxième instance, Cour de cassation, Cour européenne, et après je prends ma retraite", avait-il assuré, goguenard, aux caméras de Quotidien, quelques jours avant le jugement.

En vidéo

Le Moment de vérité : Patrick Balkany en toute détente à J-3 avant le verdict de son procès

Voir aussi

Invitée sur LCI à réagir à sa condamnation, Isabelle Balkany a d'ailleurs confirmé que le couple entendait bien se présenter aux élections municipales de 2020. "Oui, mon mari a dit qu'il se présenterait. Et les Levalloisiens feront comme d'habitude, ils voteront, pour qui ils voudront", a-t-elle ainsi fait valoir. "Ça fait 43 ans que nous sommes main dans la main, ce n'est pas maintenant que ça va changer. Il n'y a que la mort qui peut nous séparer." 

Il pourrait même faire campagne depuis sa cellule

En matière d'inéligibilité, l'appel formulé par l'homme politique, condamné par le tribunal de Paris à quatre ans de prison ferme et 10 ans d'interdiction de se présenter à des élections, est suspensif. Ce qui règle, en tout cas en principe, la question de sa candidature. Il reste à savoir quelle forme cet hypothétique baroud prendra. Patrick Balkany se présentera-t-il libre ? Ou fera-t-il campagne depuis sa cellule, une situation permise parle code pénal ?

Le tribunal ayant demandé un mandat de dépôt à son égard, le maire de Levallois (contrairement à Isabelle Balkany), va passer du temps en prison. Cette demande écarte la suspension de la peine d'emprisonnement formulée par le tribunal. S'il souhaite faire campagne librement, Patrick Balkany devra donc formuler une demande de mise en liberté, qui peut être traitée sous deux mois... et croiser les doigts pour que la Cour accepte sa demande.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter