Covid-19 - "Ça devait être une croisière de rêve" : des passagers français du Costa Magica portent plainte

Une centaine de plaintes viennent d'être déposées contre Costa Croisières. Des passagers accusent la compagnie de diverses fautes dans la gestion de la crise du Covid sur un navire.
Justice

CORONAVIRUS - Un collectif de Français, qui a voyagé à bord du Costa Magica, touché par le Covid-19 en mars dernier, a déposé 180 plaintes, notamment pour "homicides involontaires" contre Costa Croisières. Ils accusent la compagnie maritime de négligences et diverses fautes dans la gestion de la crise sur le navire.

C'est la première fois qu'une telle plainte collective est déposée. En mars dernier, en pleine crise du coronavirus, le Costa Magica, un navire de croisières avec environ 1000 touristes français sur les 2303 à son bord, a erré sans but dans les eaux proches de la Martinique. Le paquebot s'était vu interdire l'accès à tous les ports lors des escales prévues aux Caraïbes. 

Un collectif de passagers français du Costa Magica a déposé vendredi 180 plaintes à Paris contre Costa Croisières, a annoncé dimanche 9 août leur avocat Me Philippe Courtois à l'AFP, une information confirmée à LCI. Ces plaintes, dont celles des familles de trois passagers qui seraient décédés du Covid-19, accusent la compagnie de diverses fautes ou négligences dans la gestion de la crise sur ce navire où plusieurs cas s'étaient déclarés. Les charges retenues ? "Homicides et blessures involontaires", "mise en danger de la vie d'autrui" et "entrave aux mesures d'assistance et omission de porter secours".

Lire aussi

Ça s'est fini en calvaire, à errer sur le bateau- Me Philippe Courtois, avocat du collectif de passagers

L'affaire avait été médiatisée pendant le confinement. Du 6 au 13 mars, dans une boucle au départ de la Guadeloupe, le Costa Magica et ses 2303 passagers s'étaient vu refuser d'accoster dans la plupart des îles visitées - Trinidad et Tobago, Grenade, La Barbade, Sainte-Lucie - en raison de la pandémie. Faute d'escale, l'équipage du bateau aurait alors encouragé les passagers à se reporter sur les activités du navire (magasins, spa, restaurants, casino...) sans respect suffisant des règles sanitaires et sans les informer des soupçons de contaminations à bord, selon les témoignages des plaignants cités à l'appui de la plainte.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

"Les personnels à bord ont été défaillants, les passagers n'avaient quasiment plus aucune information à bord et n'ont su que par la presse locale qu'il y avait des cas sur le navire", dénonce Me Philippe Courtois, au nom du collectif qui regroupe selon lui quelque 850 passagers français. "L'ensemble des victimes veulent savoir comment cette croisière a pu être maintenue alors que le navire avait déjà été refusé dans plusieurs ports la semaine précédente", ajoute-t-il, fustigeant les moyens "extrêmement légers" mis en place par la compagnie pour gérer la crise : prises de température très aléatoire, gel hydroalcoolique en quantité insuffisante... "Ça devait être une croisière de rêve", rappelle-t-il, "et ça s'est fini en calvaire, à errer sur le bateau."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent