Coronavirus : les directeurs de prison appellent à faire de l'encellulement individuel "une priorité"

Coronavirus : les directeurs de prison appellent à faire de l'encellulement individuel "une priorité"

PÉNITENTIAIRE - Le nombre de détenus dans les prisons françaises a diminué de près de 10.000 en un mois en raison de la crise sanitaire qui frappe le pays.

Un principe pourtant inscrit dans la loi mais pas respecté. Le Syndicat national des directeurs pénitentiaires (SNDP-CFDT) a appelé lundi Emmanuel Macron à faire de l'encellulement individuel "une priorité" alors que la crise du coronavirus a provoqué une baisse importante et inédite du nombre de détenus.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Le 16 mars, la veille du début du confinement en France, il y avait plus de 72.500 détenus pour environ 61.000 places, un record. Une surpopulation carcérale qui a valu fin janvier à la France une condamnation de la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH). Un mois plus tard, après les mesures gouvernementales prises pour éviter une crise sanitaire et sécuritaire en prison, les 188 établissements pénitentiaires français comptaient 62.500 détenus, soit près de 10.000 en moins, avec un taux d'occupation de 103% contre 119% le 1er mars.

Lire aussi

"Nous l'exigerons par tous moyens, puisque nous savons désormais que c'est possible"

Cette baisse drastique constitue pour le SNDP "un gigantesque espoir". "Aujourd'hui déjà, l'épidémie qui nous touche durement a balayé tous les impossibles et toutes les frilosités: il ne sera en effet plus jamais possible de prétendre que l'encellulement individuel constitue un objectif inatteignable", écrit le syndicat dans une lettre ouverte au chef de l'Etat.

"Le tabou est désormais brisé. Vous savez le faire. La crise sanitaire vient de le démontrer. Ayez le courage et la cohérence d'y répondre comme vous avez pu répondre, pour les personnes détenues et pour les personnels pénitentiaires, à l'urgence de la pandémie", poursuit le SNDP. 

Les directeurs de prison réclament "la création d'un secrétariat d'Etat aux questions pénitentiaires", chargé de "mettre en marche la prison et la probation du XXIe siècle" en donnant à l'Administration pénitentiaire "les moyens d'entrer véritablement dans la modernité". "Et si nous ne sommes pas entendus pour faire de l'encellulement individuel une priorité et une urgence, nous l'exigerons par tous moyens, puisque nous savons désormais que c'est possible", conclut le SNDP-CFDT.

Sur le même sujet

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.