Plusieurs charges explosives découvertes à Bastia : le parquet antiterroriste se saisit de l'enquête

Justice

FAITS DIVERS - Deux charges explosives ont été découvertes ce lundi à Bastia en Corse. Le parquet antiterroriste s'est saisi de l'enquête.

Deux charges explosives ont été retrouvées ce lundi à Bastia en Corse. Une charge explosive a été trouvée lundi après-midi devant la direction départementale des finances publiques de Bastia, quelques heures après une découverte similaire devant une trésorerie au nord de la ville, entraînant l'évacuation des agents et l'intervention des démineurs.

La charge découverte par un agent serait constituée d'un bidon et d'une mèche. Un périmètre de sécurité a été mis en place autour du centre des finances publiques, situé dans le centre ville.

Le parquet de Paris, en accord avec le parquet de Bastia, a ouvert une enquête en flagrance des chefs "d'association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes de terrorisme, de tentative de destruction par engins explosifs, d'acquisition d'engins explosifs, de transport et détention d'engins explosifs - infractions commises en relation avec une entreprise terroriste". La Section antiterroriste du parquet de Paris et la direction régionale de la police judiciaire d'Ajaccio ont été saisies conjointement de la poursuite des investigations. 

Emmanuel Macron attendu jeudi sur l'île de beauté

"On a découvert la même chose que ce matin devant la direction des finances publiques de Haute-Corse", a précisé à l'AFP Jean-Pierre Battestini, secrétaire général local de la CGT Finances Publiques qui a été évacué du bâtiment avec "une cinquantaine de personnes". "Les démineurs sont là. Ca n'a pas explosé, c'est un avertissement, c'est une charge pour impressionner et avertir mais malheureusement une nouvelle fois, ce sont les finances publiques qui sont ciblées", a-t-il déploré.

Lundi matin, une charge explosive faite d'une centaine de grammes de tolite (ou trolite), un explosif à usage militaire fabriqué à partir de TNT, avait déjà été découverte devant le centre des finances publiques du Cap Corse, à Ville-di-Pietrabugno, en périphérie nord de Bastia (Haute-Corse).

Ces découvertes interviennent à trois jours de la visite dans l'île, jeudi, du président de la République Emmanuel Macron, et fait suite à deux attentats ce week-end en Corse-du-Sud et Haute-Corse contre deux villas qui ont été en partie détruites. Huit escadrons de gendarmerie, soit environ 400 militaires, sont arrivés ce lundi en Corse pour assurer la sécurité du Président. 

Lire et commenter