Corse : un groupe se présente comme un "nouveau FLNC", le parquet antiterroriste se saisit de l'affaire

Justice

JUSTICE - Le parquet national antiterroriste s'est saisi ce mardi de l'enquête ouverte après l'annonce de la reconstitution d'un "nouveau FLNC" par un groupe de cinq hommes masqués.

Le "nouveau FLNC" dans le viseur de la justice. Quelques heures après la conférence de presse de cinq personnes annonçant le reconstitution de ce groupe nationaliste radical en Corse, le parquet national antiterroriste s'est saisi de l'affaire. Une enquête pour association de malfaiteurs terroristes devrait être ouverte prochainement par le parquet national.

"Je vous confirme que le parquet national antiterroriste se saisit de cette revendication", a déclaré Eric Bouillard, procureur de la République d'Ajaccio, ajoutant : "On a prêté beaucoup d'attention à cette action, le parquet de Paris prendra la suite". "Même les gros ont été petits à un moment, donc cette action a été prise au sérieux même s'il est possible qu'on ait affaire à des petits, même si on n'a pas d'armes de guerre apparentes sur les images, on a une revendication claire et qui fait référence à un mouvement de mai 1976 dont on a connu les conséquences", a ajouté une source proche de l'enquête à l'AFP.

Lire aussi

"Corsisation" des emplois, quota pour limiter le tourisme..."

L'ouverture à venir d'une enquête fait suite à la conférence de presse clandestine organisée pour Corse Matin et qui s'est tenue ces derniers jours en Haute-Corse. Interdiction d'achat immobilier aux "Non-Corses", "corsisation" des emplois, quota pour limiter le tourisme... Ce nouveau FLNC a déroulé une liste "d'interdictions et de préconisations" pour "sauver le peuple corse". Le communiqué réclame également une interdiction de créer toute nouvelle enseigne de grande distribution, appelle à "remplacer les étrangers par des Corses dans tous les emplois", à limiter le tourisme à 600.000 personnes par mois pour juillet et août, et exige un enseignement obligatoire du corse d'une heure par jour de la maternelle au CM2. 

En vidéo

Un collectif lance un appel pour dénoncer l'emprise mafieuse en Corse

Le Front de libération nationale de la Corse (FLNC) avait annoncé en 2014 qu'il déposait les armes, au terme de quatre décennies marquées par plus de 4.500 attentats revendiqués. L'annonce de cette "reconstitution" survient dans un contexte marqué depuis plusieurs mois par de nombreux actes de violence en Corse, où élus et personnalités de la société civile ont dénoncé au cours des derniers jours une "emprise mafieuse" sur l'île.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter