De la prison ferme pour avoir traité les policiers de "volaille" et posté leur photo sur Facebook

De la prison ferme pour avoir traité les policiers de "volaille" et posté leur photo sur Facebook

JUSTICE – Un homme de 36 ans a été condamné à quatre mois de prison ferme et 1 500 euros de dommages et intérêts pour avoir traité des policiers de "volaille". Il avait aussi posté leur photo non floutée sur Facebook.

Selon le tribunal de Grasse, l’homme a "porté atteinte à la dignité ou/et au respect des fonctionnaires, outragé les dépositaires de l’autorité publique." L’individu de 36 ans a été pour cela condamné à quatre mois de prison et 1 500 euros de dommages et intérêts, rapporte Var Martin. Sa faute : avoir traité des fonctionnaires de police de "volaille" en postant leur photo sur Facebook.

Un outrage "caractérisé" pour la justice qui l’a sanctionné, jeudi, pour un post datant du 3 mars dernier. Sur la page du groupe "Où sont les radars et barrages 06", il avait ainsi envoyé un cliché sur lequel on voyait les trois policiers de Cagnes-sur-Mer identifiables clairement car la photo n’était pas floutée. Avec pour commentaire : "Volaille qui picore Cagnes sur mer juste avant la Cravache d’Or".

L’homme n’a pas été condamné pour avoir signalé la position du radar, explique Var Martin, mais pour outrage. Son casier judiciaire déjà rempli aurait pesé sur la décision de justice. Il écope ainsi d’une peine de prison ferme et de dommages et intérêts de 500 euros à reverser à chacun des policiers.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Tempête Aurore : une "mini-tornade" frappe une commune du Finistère et détruit une maison

Tempête Aurore : ce qui vous attend ce soir et cette nuit de la Bretagne à Paris

EN DIRECT - Tempête Aurore : routes coupées, toitures envolées... des dégâts dans le sillage des rafales

SONDAGE EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : Le Pen, Zemmour et Bertrand toujours au coude-à-coude

EXCLUSIF - "On ne connaissait pas Nordahl Lelandais" : pour la première fois, des invités du mariage où a été enlevée Maëlys témoignent

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.