De retour au tribunal, Cahuzac confie son sentiment "banal" de "peur d'aller en prison"

PROCÈS - L'ancien ministre du Budget, poursuivi pour fraude fiscale, s'est confié au commencement de son procès en appel, alors qu'il risque la prison ferme, pour avoir détenu un compte non déclaré en Suisse.

Jérôme Cahuzac a fait son retour devant le tribunal, lundi 12 février, près de cinq ans après qu'a été dévoilé l'existence de son compte bancaire caché en Suisse, alors qu'il était ministre du Budget et près de 18 mois après sa condamnation en première instance à trois ans de prison ferme. La prison ferme, justement, est la principale raison de la tenue de ce procès. Pas la contestation des faits : "Je reconnais les faits, a d'ailleurs répété celui qui s'était érigé en pourfendeur de la fraude fiscale sous François Hollande. J'ai décidé d'interjeter appel d'abord en pensant aux miens".

Pour Dupond-Moretti, objectif : deux ans de prison max

"Je ne souhaite pas que ma mère et mes enfants me voient aller en prison. J'éprouve un sentiment assez banal, la peur. La peur d'aller en prison, j'imagine comme tout le monde", a poursuivi l'ancien élu du Lot. Si le tribunal confirme la sentence prononcée en première instance, c'est pourtant bien ce qui risque de se passer. Mais pour éviter cela, l'ancien député PS, s'est entouré du célèbre pénaliste Eric Dupond-Moretti, dont l'objectif sera d'obtenir au maximum une peine de deux ans de prison ferme afin que celle-ci puisse être aménagée. Mais le pari est à double tranchant. En appel, Thomas Thévenoud avait vu sa sanction s'alourdir, fin janvier.


Comme le souligne l'AFP, la défense aura tout intérêt à lutter contre la circonstance aggravante que constitue de sa qualité de ministre au moment où les faits ont été découverts, arguant ainsi que ceux-ci s'étaient déroulés de 2010 à 2012 (fraude fiscale) et de 2003 à 2013 (blanchiment). Des faits qui ont déjà valu à l'ex-ministre et son épouse Patricia (condamnée en première instance, elle n'a pas souhaité faire appel) de s'acquitter d'un redressement de 2,5 millions d'euros.


A la barre, les échanges ont été brefs, lundi 12 février. Mardi 13 dès 13h30, Jérôme Cahuzac sera de nouveau interrogé sur le fond de l'affaire. Le lendemain, place à la personnalité de l'accusé, dès 9h. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Jérôme Cahuzac condamné

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter