Deux footballeurs soupçonnés d'avoir truqué un match en National jugés mercredi et jeudi

Deux footballeurs soupçonnés d'avoir truqué un match en National jugés mercredi et jeudi
Justice

TRICHERIE - Deux anciens joueurs du club de Fréjus Saint-Raphaël doivent être jugés mercredi et jeudi par le tribunal correctionnel de Paris pour avoir truqué une rencontre de National opposant leur club et celui de Colomiers, le 9 mai 2014. Fréjus avait encaissé quatre buts en vingt minutes, dont un inscrit contre son camp par un des deux prévenus.

L’affaire avait été révélée par L’Equipe en décembre 2017. Mercredi et jeudi, deux anciens footballeurs  du club de Fréjus Saint-Raphaël, Matar Fall et Dominique Jean-Zéphirin, doivent être jugés par le tribunal correctionnel de Paris. Ils sont soupçonné d'avoir volontairement causé la défaite de leur équipe contre Colomiers le 9 mai 2014. Les deux hommes doivent répondre de "corruption passive en vue d'altérer le résultat de paris sportifs" et d'"association de  malfaiteurs" et risquent cinq ans de prison. Partie civile, la FFF demande un euro de dommages et intérêts et le paiement des frais de justice.

Quatre buts avaient été encaissés en à peine vingt minutes par le gardien de but de Fréjus, Dominique Jean-Zéphirin, dont un inscrit par Matar Fall, en début de match, pour un score final de 4-1. En parallèle de ce scénario improbable, Colomiers figurant parmi les relégables de National à l'époque. Un phénomène anormal et souligné à l'époque sur les plateformes de paris sportifs. La société de surveillance Sportradar avait relevé une cotation anormale du match et un nombre de paris anormalement élevé, 20 fois supérieur à la moyenne pour une rencontre de cet enjeu. 

Lire aussi

Des soupçons sur une autre rencontre de Fréjus

De nombreux paris étaient effectués depuis l'étranger, notamment en Asie. Des faits suspects signalés à l'époque par l'UEFA à la Fédération française de football (FFF), qui avait ensuite porté plainte. Outre ce match du 9 mai 2014, les deux sportifs sont poursuivis pour une autre affaire de paris suspects en provenance d'Asie, cette fois lors d'une rencontre entre Fréjus et Dunkerque, le 2 mai 2014, qui s'était conclu par un match nul (0-0). En raison notamment de la grève des avocats, la tenue du procès reste incertaine et la présence des deux prévenus n'est pas confirmée, Dominique Jean-Zéphirin résidant en Californie.

L'accusation indique que Matar Fall et Dominique Jean-Zéphirin ont, "de concert", approché des coéquipiers pour les convaincre de lever le pied contre rémunération pour les matchs contre Dunkerque et Colomiers, mandatés par de mystérieux parieurs voulant parier sur leur défaite. Une approche qui ne s'est pas avérée concluante, les deux prévenus ayant "pris à leur compte de truquer le match" contre Colomiers, selon le juge d'instruction.

Des interlocuteurs issus du banditisme ?

Le juge d'instruction estime également que ces derniers ont "volontairement dissimulé" l'identité des mystérieux parieurs, "probablement issus du banditisme". Aucun versement suspect n'a toutefois été retrouvé sur les comptes des deux footballeurs. Le Sportradar affirme que le gardien de l'époque, Dominique Jean-Zéphirin, est connu pour avoir été en lien avec deux célèbres truqueurs singapouriens de matches.

De leurs côtés, les prévenus affirment que leurs interlocuteurs se seraient montrés menaçants après avoir perdu de l'argent en raison du match nul contre Dunkerque le 2 mai 2014. Les deux hommes s'accusent mutuellement d'avoir géré les contacts avec ces personnes et d'avoir pris l'initiative de tenter de corrompre les autres joueurs de l'effectif. S'ils ont convenu avoir mal joué contre Colomiers par "peur" après les menaces reçues après Dunkerque, Matar Fall et Dominique Jean-Zéphirin nient avoir triché.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent