Deux policiers bientôt jugés pour avoir partagé la vidéo d'un jeune homme qui s'était empalé sur un poteau

Deux policiers bientôt jugés pour avoir partagé la vidéo d'un jeune homme qui s'était empalé sur un poteau
Justice

JUSTICE - Deux policiers seront jugés le 23 avril 2020 pour avoir diffusé la vidéo d'un jeune homme de 26 ans qui s'était jeté par la fenêtre dans le 17e arrondissement de Paris en septembre 2018 avant de s'empaler sur un poteau du trottoir en contrebas. Louis était décédé peu après avoir été admis à l'hôpital.

Des images de vidéosurveillance regardées, filmées puis partagées sur WhatsApp, avant de finir sur les réseaux sociaux. La mort d'un homme, la tristesse d'une famille et cette vidéo devenue malheureusement virale, ensuite signalée puis supprimée. 

Le 23 avril prochain, deux policiers seront jugés pour leur responsabilité dans la diffusion d'une vidéo macabre d'un jeune homme empalé sur un poteau de trottoir à Paris, a indiqué le parquet de Paris confirmant une information du Parisien

Le 27 septembre 2018, à 23 heures, rue de la Jonquière, dans le 17e arrondissement de Paris, Louis, 26 ans avait sauté du 6e étage et avait fini un jeune homme était mort à l'hôpital après sa chute d'un immeuble du XVIIe arrondissement sur un potelet de trottoir.

Lire aussi

Les deux fonctionnaires sont convoqués devant le tribunal correctionnel de Paris pour "détournement d'images de vidéosurveillance". L'un sera aussi jugé pour "violation du secret professionnel" et l'autre pour recel de ce délit.

Deux fonctionnaires bien notés

La mère de Louis avait porté plainte notamment pour "atteinte à l'intimité de la vie privée". Le parquet de Paris avait ouvert une enquête le 3 octobre 2018, chargeant l'IGPN, la police des polices, des investigations. On sait que l'image de l'écran, estampillé "préfecture de police" provient d'un commissariat et que le "vidéaste" a filmé cet écran au smartphone.

Rapidement, les auteurs sont identifiés. Ils travaillent au commissariat du 11e arrondissement. "Le premier est justement opérateur et autorisé à visionner les images de vidéosurveillance. Le deuxième, derrière lui, filme l'écran et diffuse la vidéo sur leur groupe WhatsApp. Lors des auditions, il a d'ailleurs "assumé et reconnu avoir filmé", indiquent nos confrères

Le Parisien précise que "les deux fonctionnaires étaient bien notés par la hiérarchie"." Le "vidéaste" avait été décoré en 2015 par le ministre de l'Intérieur. Il faisait partie de l'équipe de la brigade VTT intervenue en premier lors de l'attentat de Charlie Hebdo et s'était fait tirer dessus par les frères Kouachi, détaille le quotidien. 

Une autre vidéo impliquant les pompiers

Pour ajouter de l'horreur à l'horreur, les parents Louis ont dû faire face à un autre événement terrible. Une deuxième vidéo a également été relayée sur les réseaux sociaux. Sur ces images tournées au bloc opératoire de l'hôpital Beaujon, à Clichy (Hauts-de-Seine), on peut voir des militaires de la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris retirer le poteau du corps de la victime, toujours en vie à ce moment-là, puis exhiber l'objet "comme un trophée". 

L'AP-HP avait porté plainte et ouvert une enquête administrative. Toujours selon Le Parisien, les enquêteurs n'ont toutefois pas réussi à identifier la ou les personnes ayant diffusé ces images sur internet

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter