Disparition de Maëlys : pourquoi une partie des auditions de Nordahl L. pourraient être annulées

AFFAIRE MAELYS - Une requête en nullité de la défense a été examinée ce mardi 21 novembre par la cour d'appel de Grenoble. L'avocat de Nordahl.L, l'homme soupçonné d'avoir enlevé Maëlys lors d'un mariage à Pont-de-Beauvoisin fin août, demande l'annulation des premières auditions de son client qui n'avaient pas été filmées. La décision a été mise en délibéré et sera rendue le 30 novembre.

Il souhaite faire annuler les premières auditions qui n'ont pas été filmées. La cour d'appel de Grenoble a examiné ce mardi la requête en nullité déposée par Me Alain Jakubowicz, l'avocat de Nordahl L., mis en examen pour enlèvement dans l'affaire Maëlys. L'arrêt de la chambre de l'instruction sera rendu le 30 novembre prochain. 


Cette demande vise notamment à faire annuler les trois auditions de son client lors de sa première garde à vue intervenue le jeudi 31 août, soit quatre jours après la disparition de l'enfant lors d'un mariage à Pont-de-Beauvoisin. Comme l'exige le code pénal dans le cadre d'une procédure criminelle - sauf empêchement technique consigné sur procès-verbal -, les interrogatoires des personnes doivent être filmés. Mais ce dossier a été mené dans un cadre correctionnel - ce qui est possible lorsqu'une personne enlevée est relâchée avant 7 jours -, et  non criminel comme cela aurait dû être le cas, l'enfant restant introuvable. Nordahl L. n'a donc pas été filmé. 

Il clame son innocence

Une erreur dans laquelle s'est engouffré son nouvel avocat, mutique face aux médias depuis qu'il a repris le dossier en septembre. Sa défense avait déjà porté plainte pour violation du secret de l'instruction, après plusieurs fuites dans la presse, entraînant l'ouverture par le parquet de Grenoble d'une enquête et provoquant la colère de la gendarmerie.


La question est désormais de savoir si cette procédure se cantonnera aux premières auditions ou si, par un effet domino, elle pourrait annuler sa seconde garde à vue. Celle-ci était intervenue après la découverte d'une trace ADN de l'enfant dans sa voiture et avait débouché sur sa mise en examen. 


Pour une source proche du dossier interrogée par l'AFP, la procédure ne devrait pas pâtir de cette passe d'armes juridique. Mais il reste une "impression assez désagréable d'amateurisme", estime-t-elle, alors que par ailleurs "l'enquête avance même si cela ne dit pas où est l'enfant". La décision de la chambre conditionnera également la prochaine audition du suspect par les juges d'instruction, qu'il n'a toujours pas revus depuis son incarcération le 3 septembre. 

Nordahl L., ancien maître-chiens de 34 ans, était invité au mariage lors duquel l'enfant a disparu. Il a reconnu que Maëlys était montée dans son véhicule durant la soirée pour vérifier si ses chiens étaient là. L'enquête a également mis en lumière d'autres éléments troublants. Mais l'homme a toujours clamé son innocence. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Disparition de Maëlys à un mariage

Plus d'articles

Sur le même sujet