Disparition de Steve à Nantes : le procureur de la République saisit l'IGPN après la plainte collective de 89 personnes

Justice
JUSTICE - L’Inspection générale de la police nationale a été saisie après la plainte collective déposée par 89 personnes qui ont participé à la free party organisée sur l'Île de Nantes (Loire-Atlantique) le 21 juin dernier, lors de la Fête de la musique. Ce soir-là, 14 personnes sont tombées à l'eau. Steve Maia Caniço, l'un des participants à la fête, est depuis introuvable. Une enquête a également été ouverte à la suite de dix plaintes de policiers.

Deux nouvelles enquêtes après la disparition de Steve Maia Caniço le 21 juin dernier.  La première enquête annoncée mardi fait suite à "dix plaintes de policiers qui ont été blessés lors des événements de la Fête de la musique et qui ont déposé plainte pour des violences sur personne dépositaire de l'autorité publique", a déclaré le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès, à l'AFP, indiquant avoir également saisi l'IGPN après la plainte collective contre X déposée le 3 juillet dernier par 89 personnes pour "mise en danger de la vie d’autrui et violences volontaires par personnes dépositaires de l’autorité publique" après la free party organisée le 21 juin dernier. 

Une enquête préliminaire a été ouverte pour tenter de déterminer les circonstances de l’intervention policière survenue aux alentours de 4 heures du matin et au cours de laquelle 14 personnes sont tombées dans la Loire avant d'être repêchées par les secours. Steve Maia Canico, qui était présent à cette free party sur l'Île De Nantes, est porté disparu depuis. Un appel à témoins a été lancé pour tenter de le retrouver. 

"Je considère qu'il y a des infractions pénales"

"C'est bien le dépôt de plainte regroupant près d'une centaine de personnes qui a déclenché l'ouverture de la procédure judiciaire au sein de l'IGPN, police des polices", explique Me Marianne Rostan, qui représente les 89 plaignants. "Maintenant, j'espère que l'enquête va être bien menée et que des responsabilités vont être déterminées. Je considère qu'il y a des infractions pénales qui ont été commises dans le cadre de cette intervention policière. Celles-ci doivent faire l'objet de poursuites et éventuellement de condamnations judiciaires." 


Mercredi 10 juillet, on apprenait que le Défenseur des droits s'était "saisi d'office" afin d'enquêter sur la disparition de Steve Maia Caniço. Le parquet de Nantes avait déjà ouvert une information judiciaire sur la disparition du jeune homme de 24 ans, et l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) a également été saisie pour enquêter sur les conditions de l'intervention policière.

Plus de trois semaines après la disparition du jeune homme, éducateur de profession, ce dernier était toujours introuvable. "Tout le monde attend aujourd'hui des explications. La famille de Steve bien sûr, mais aussi les centaines de participants qui étaient présents à cette fête. Nous espérons les avoir un jour, le plus vite possible", ajoute Me Rostan. 

Des policiers ont porté plaine aussi

Dans la soirée, le procureur de la République de Nantes a précisé qu'une autre enquête pourr "violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique" avait également été ouverte . 


"J'ai reçu dix plaintes de policiers qui ont été blessés lors des événements de la Fête de la musique", a indiqué  Pierre Sennès. La police judiciaire sera chargée de cette enquête.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter