"Qu'il arrête de mentir" : l'avocat de la famille de Sophie Le Tan demande à Jean-Marc Reiser de cesser de nier

"Qu'il arrête de mentir" : l'avocat de la famille de Sophie Le Tan demande à Jean-Marc Reiser de cesser de nier

Justice
DirectLCI
JUSTICE - Alors que Jean-Marc Reiser, principal suspect dans l'affaire de la disparition de Sophie Le Tan, a reconnu qu'il connaissait la jeune femme, il continue de nier toute implication. L'avocat de la famille de l'étudiante décrit le désarroi de proches plongés dans l'ignorance.

Malgré les traces d'ADN de la jeune femme retrouvées chez lui, Jean-Marc Reiser continue à nier. Entendu par le juge d'instruction à Strasbourg vendredi 5 octobre, le principal suspect dans l'affaire de la disparition de Sophie Le Tan a répondu à toutes les questions, sans pour autant passer aux aveux. S'il a reconnu pour la première fois avoir rencontré la jeune femme à la faculté et lui avoir proposé de monter chez lui car elle s’était blessée profondément à la main, il a maintenu n'être aucunement impliqué dans cette affaire.


Ce samedi matin, l'avocat de la famille de la jeune disparue, Gérald Welzer, s'est exprimé sur LCI. Il décrit le désespoir de parents plongés dans l'ignorance : "La famille de Sophie en a assez des différentes déclarations de monsieur Reiser qui au départ nous a dit qu'il ne connaissait pas Sophie. La famille, elle a une seule question : où est Sophie ? Qu'il arrête de mentir, et qu'il arrête d'infliger à la famille le malheur le plus grave : ne pas savoir que qu'est devenue Sophie."

Un piège tendu ?

Sophie Le Tan, une étudiante de 20 ans, a disparu depuis le 7 septembre dernier, alors qu'elle se rendait à une visite d'appartement dans la banlieue de Strasbourg. L'annonce de la location avait été postée par Jean-Marc Reiser, 58 ans, déjà condamné pour viol en 1995. Si, selon nos informations confirmant celle de BFM TV, il a finalement reconnu être à l'origine de cette annonce, il a précisé qu'il avait dans un premier temps menti car, a-t-il justifié devant les juges, il n'était pas propriétaire de ce bien et craignait de tomber sous le coup de la loi.  


Au cours de l'enquête, l'ADN de la jeune femme a été retrouvé dans des traces de sang chez le suspect. "Les élément rendus publics par madame la procureure au début de l'instruction sont clairs" reprend l'avocat. "Monsieur Reiser a tendu un piège à Sophie Le Tan en passant une annonce dans Le Bon Coin. On a retrouvé de l'ADN de Sophie dans l'appartement, donc malheureusement il y a eu un drame. Qu'est devenue Sophie ? Seul monsieur Reiser sait ce qu'il a fait". 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter