DOCUMENT LCI-TF1 - "Je veux connaître les derniers moments de mon fils": la mère du petit Jonathan se confie

Justice

MEURTRE - Alors que la piste d'un tueur en série allemand revient dans l'enquête sur le meurtre non élucidé du petit Jonathan en 2004 en Loire-Atlantique, sa mère s'est exprimée auprès de LCI et TF1. "J’espère que ce sera lui, pour mettre un visage, pour avoir une réponse", confie-t-elle.

"Je veux connaître les derniers moments de mon fils". C'est l'une des principales affaires criminelles non résolues en France. Quatorze ans après la disparition suivie du meurtre non élucidé de Jonathan Coulom en 2004 en Loire-Atlantique, une piste déjà explorée vient relancer l'enquête. Celle d'un tueur en série allemand, Martin Ney, qui, selon Le Parisien, aurait récemment avoué à son codétenu le meurtre en France du petit garçon de 10 ans.

Pour la première fois, la mère de Jonathan s'exprime sur ces nouvelles révélations. "J’espère que ce sera lui, pour mettre un visage, pour avoir une réponse. Mais je veux que l’on soit sûr à 100%", explique-t-elle à LCI-TF1. "C’est dur, mais on arrive peut être au bout du tunnel. J’ai besoin de mettre un nom, un visage, d’avoir des réponses aux questions que je me pose depuis 14 ans. J’ai besoin d’un procès. J’ai besoin d’une explication. Je veux connaître les derniers moments de mon fils", a confié la maman de Jonathan. 

Lire aussi

Appel à témoins

La gendarmerie chargée de l'enquête avait lancé en début du mois d'avril un nouvel appel à témoins "sur la présence éventuelle d'un sac à dos en cuir marron" qui aurait pu être découvert en avril ou mai 2004 dans les environs de Saint-Brévin-les-Pins ou de Guérande. Un sac à dos que le tueur en série aurait "égaré" en France au moment du crime avec des documents à l’intérieur, aurait ainsi confié à son codétenu l’homme condamné en 2011 à perpétuité pour le viol et le meurtre de trois garçons âgés de 8 à 13 ans, entre 1992 et 2001 dans le nord de l’Allemagne. 

Cet éducateur connu des services de police comme délinquant sexuel depuis 2007, a avoué trois crimes.  Le suspect, qui ciblait les centres de vacances pour jeunes, était également soupçonné de deux autres meurtres dont celui du petit Jonathan. Mais il avait toujours nié son implication et jusque-là, les enquêteurs français ne disposaient d'aucune preuve formelle. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter