Double meurtre de Montigny-lès-Metz : Henri Leclaire mis hors de cause

DirectLCI
JUSTICE - La Cour de cassation a validé ce mardi le non-lieu dont avait bénéficié Henri Leclaire dans le double meurtre de Montigny-lès-Metz. Après des années de "soupçons qui l'ont sali", selon les mots de son avocat, le retraité est définitivement mis hors de cause. Francis Heaulme sera seul à répondre des crimes devant la cour d'assises au printemps prochain.

Henri Leclaire est définitivement mis hors de cause. La Cour de cassation a en effet validé ce mardi le non-lieu dont avait bénéficié cet ex-manutentionnaire de 68 ans dans l'affaire du double meurtre de Montigny-lès-Metz. Ultime rebondissement d'un interminable marathon judiciaire dans une affaire criminelle vieille de 30 ans et qui devrait enfin connaître son épilogue devant la cour d'assises de Moselle au printemps prochain. Le tueur en série Francis Heaulme sera donc le seul à répondre du crime des deux petits garçons, Alexandre Beckrich et Cyril Beining, massacrés à coups de pierres sur un talus longeant la voie ferrée où ils jouaient en 1986. 


Au début de l'enquête, Henri Leclaire, qui travaillait dans une imprimerie située en contrebas du lieu du crime, avait été le premier homme à avouer le double meurtre des enfants. Très vite, il s'était rétracté. Les enquêteurs l'avaient mis hors de cause relevant des inexactitudes dans ses déclarations. Après reconstitution, ils avaient également estimé que sa corpulence l'empêchait de monter sur le talus. Quelques mois après, c’est un adolescent de 16 ans, Patrick Dils, qui avouait à son tour les meurtres, avant lui aussi de revenir sur ses aveux. Patrick Dils sera ensuite le premier mineur condamné à la réclusion criminelle à perpétuité en 1989 et l'un des rares détenus français à bénéficier d'une procédure de révision, qui aboutira à son acquittement en 2002. La présence du tueur en série Francis Heaulme non loin du lieu du crime le jour des faits sera un élément clef de la procédure de révision et de cet acquittement. 

"Un sentiment de victoire, enfin !"

En 2014, le procès du "routard du crime" alors jugé pour le double meurtre avait connu un rebondissement fracassant : deux témoignages surprises avaient mis en cause Henri Leclaire, faisant passer le retraité du statut de témoin à celui de suspect. Après deux jours d'audience,  la cour d'assises de la Moselle avait décidé de suspendre le "procès Heaulme". Un juge d'instruction avait alors été saisi d'une nouvelle information judiciaire à l'issue de laquelle, Henri Leclaire avait été mis en examen et renvoyé devant les assises, malgré ses dénégations. Puis la chambre d'instruction, qu'il avait saisie en appel, avait prononcé un non-lieu le 7 juillet dernier.  Mais la mère d'une des petites victimes avait saisi la Cour de cassation. Laquelle a finalement décidé ce mardi de valider le non-lieu. Fin de partie. 


"C'est un soulagement et un sentiment de grande victoire, enfin !", a commenté auprès de LCI Thomas Hellenbrand, l'avocat d'Henri Leclaire. "La justice avait déjà trébuché en condamnant Patrick Dils et elle allait une nouvelle fois trébucher si elle continuait à accorder un quelconque intérêt aux aveux recueillis par la police de l'époque, poursuit Me Hellenbrand. Elle s'est enfin rendue compte qu'il n'y avait aucune charge contre lui. Ce qui est désespérant, c'est que pendant des années, mon client a été accusé à tort, montré du doigt... Il a dû vivre quasi reclus, les soupçons l'ont sali". L'avocat envisage des poursuites judiciaires pour "obtenir son indemnisation". 


Désormais, tous les regards se tournent vers le "routard du crime" qui a toujours nié les crimes de Montigny-lès-Metz. "Moi, mon style, c'est l'Opinel et j’étrangle à mains nues. Montigny, c’est pas moi !", a répété à l'envi Francis Heaulme qui a été condamné dans des affaires où il avait également tué à coups de pieds ou de pierres. La date exacte du procès, qui devrait avoir lieu au printemps prochain, n'est pas encore fixée. 

En vidéo

Montigny-lès-Metz : la justice valide le non-lieu pour Henri Leclaire

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter