Elle prévient trop tard le médecin : une ex-employée du SAMU condamnée pour homicide involontaire

Elle prévient trop tard le médecin : une ex-employée du SAMU condamnée pour homicide involontaire
Justice
DirectLCI
15 - Une ancienne permanencière du Samu, chargée de trier les appels, a été condamnée pour homicide involontaire ce mardi, après la mort d'une jeune femme en 2009 prise en charge trop tardivement. Son compagnon avait téléphoné neuf fois au centre.

La victime a été prise en charge trop tardivement. Une permanencière du Samu a été condamnée en appel ce mardi par la cours d’Angers à un an de prison avec sursis pour homicide involontaire, après la mort en 2009 d’une jeune femme de 27 ans, rapporte Ouest-France. Lorsque les secours sont intervenus au domicile de la jeune femme, cette dernière se trouvait en arrêt cardiorespiratoire alors que ses proches avaient appelé le 15 à plusieurs reprises. 

Neuf appels et 34 minutes plus tard...

Chargée de trier et hiérarchiser les appels au centre 15, l’ancienne permanencière a été sollicitée à neuf reprises le 9 avril 2009 par le compagnon et la soeur de la victime pour lui décrire le malaise dont elle souffrait. Malgré des descriptions angoissées, le médecin régulateur du Samu n’est prévenu que 34 minutes après le premier coup de téléphone et dépêche un véhicule au domicile de la jeune femme, alors en arrêt cardiorespiratoire. La victime, transportée au CHU d’Angers, n’a pas pu être ranimée. 


La permanencière a été accusée d’avoir mal analysé la situation, alors que sa mission consiste à prioriser les appels en fonction de la gravité des cas. "Elle s'est bornée à demander l'envoi d'une ambulance, sans urgence particulière", a indiqué la cour d'appel d'Angers dans son arrêt rendu mardi. Rien de prouve cependant que la jeune femme aurait pu être sauvée, aucune autopsie n’ayant été formellement établie. 

En vidéo

Pompiers, police, Samu : une plate-forme commune en Haute-Savoie, efficacité prouvée

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter