Emplois présumés fictifs : l'Assemblée nationale va réclamer plus d'un million d'euros à François Fillon et son suppléant

Emplois présumés fictifs : l'Assemblée nationale va réclamer plus d'un million d'euros à François Fillon et son suppléant

PROCÈS - L'Assemblée nationale va se porter partie civile au procès du couple Fillon et de Marc Joulaud, ex-suppléant au Palais-Bourbon, dans l'affaire des emplois présumés fictifs, qui débutera le 24 février. Elle va réclamer 1.810.219 euros de dommages et intérêts.

Plus de 1 million d’euros. C’est ce que l’Assemblée nationale prévoit de réclamer en dommages et intérêts lors du procès de François Fillon pour lequel elle se porte partie civile. Le candidat déchu à la présidentielle de 2017 doit comparaître à partir du lundi 24 février et jusqu’au 11 mars devant le tribunal correctionnel de Paris avec sa femme, Pénélope Fillon, et son ancien agent suppléant au Palais-Bourbon, Marc Joulaud, dans le cadre de l’affaire des emplois présumés fictifs de l’épouse de François Fillon. 

Un préjudice calculé à la hauteur des salaires versés

Précisément, l’Assemblée nationale va réclamer l’argent qu’elle a dépensé pour les salaires versés entre 1998 et 2013, périodes d’interruption comprises, soit 1 810 219 euros.  "On a cumulé toutes les rémunérations qui ont été versées, à la fois les salaires, les primes, les indemnités, auxquels on a ajouté les charges sociales salariales et patronales", a expliqué à Franceinfo Yves Claisse, l'avocat de l'Assemblée nationale. Reste aux juges de déterminer si l’emploi de collaboratrice de Pénélope Fillon est fictif ou non, pour que cette somme soit recevable.

Lire aussi

L’ex-Premier ministre avait été mis en examen à six semaines du premier tour de l’élection présidentielle pour "détournement de fonds publics" sur plusieurs périodes entre 1998 et 2013, "complicité et recel" de ce délit et "complicité et recel d’abus de biens sociaux".

 

Pénélope Fillon, qui avait touché des salaires de collaboratrice à l’Assemblée nationale alors que son époux était député est, elle, poursuivie pour "complicité et recel" des délits de détournements de fonds publics et d’abus de biens sociaux.

 

Marc Joulaud, actuel maire Les Républicains de Sablé-sur-Sarthe, et député européen, pour qui Pénélope Fillon avait été rémunérée comme collaboratrice entre 2002 et 2007, devra lui répondre de "détournement de fonds publics". 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EXCLUSIF - "J'ai vu la mort arriver" : Romain Grosjean raconte son effroyable accident

EN DIRECT - À l'inverse de la France, l'Autriche a décidé de rouvrir les stations de ski pour Noël

Roumanie : un mystérieux monolithe métallique découvert, semblable à celui trouvé dans l'Utah

Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne, cinq morts et plusieurs blessés

"Il faut rembourser la dette" : Bruno Le Maire esquisse la fin du "quoi qu'il en coûte"

Lire et commenter