EN DIRECT - Affaire des Mutuelles de Bretagne : "Un mis en examen n'est coupable de rien", souligne Richard Ferrand

Justice

Toute L'info sur

L’affaire Richard Ferrand

AFFAIRE - Le président de l'Assemblée nationale a été mis en examen jeudi pour "prise illégale d'intérêt" par le Parquet national financier (PNF) dans l'affaire des Mutuelles de Bretagne. Comme l'Elysée, qui lui a réaffirmé "toute sa confiance", Edouard Philippe a lui aussi assuré Richard Ferrand de son "amitié" et de son "soutien total".

Coup de tonnerre dans la Macronie. Le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand - 4e personnage de l'Etat - a été mis en examen pour "prise illégale d'intérêts" à l'issue d'un "interrogatoire de première comparution" de près de 15 heures au tribunal de grande instance de Lille, où l'affaire a été dépaysée il y a un an. Richard Ferrand avait été entendu pour la première fois par les juges lillois ce mercredi 11 septembre. A la suite de la révélation de cette histoire en 2017 par le Canard enchaîné, alors ministre de la Cohésion des territoires, Richard Ferrand avait dû démissionner. 

Dans un communiqué, Richard Ferrand s'est dit "déterminé à poursuivre sa mission" de président de l'Assemblée nationale.  Il "prend acte de cette mesure procédurale qui va lui permettre de pouvoir se défendre dans ce dossier" et "reste serein sur l'issue de la procédure, au regard du classement sans suite de l'ensemble des griefs de la première plainte" en octobre 2017, "d'autant plus qu'aucun élément nouveau n'a été versé à ce dossier dans lequel il n'y a ni préjudice ni victime".

"Une mise en examen n'a jamais été une présomption de culpabilité", assène-t-on au sein de la majorité présidentiel alors que l'opposition appelle à la démission du président de l'Assemblée nationale. Dès le début de matinée, Richard Ferrand a reçu le soutien de l'Elysée qui a indiqué qu'il disposait de "toute la confiance du président." 

Il est reproché à Richard Ferrand d'avoir favorisé en 2011, à l'époque où il était directeur général de Mutuelles de Bretagne, sa compagne en lui louant des locaux. Le bien acquis par sa femme l'aurait été par les loyers versés par les Mutuelles de Bretagne, se plaignait Anticor, une association qui lutte contre la corruption.

Live

RÉACTION


Dans une interview accordée au quotidien breton Le Télégramme, Richard Ferrand souligne ce vendredi qu'il n'entend pas "renoncer à démonter jusqu'au bout [son innocence]", faisant valoir qu'il "ne voi[t] pas pourquoi une mise en examen deviendrait une présomption de culpabilité".


"Un mis en examen n'est coupable de rien, et je ne suis entravé en rien dans la plénitude de l'exercice de mes fonctions", déclare encore le président de l'Assemblée nationale, qui se dit sensible aux "soutiens apportés par toute la majorité et de nombreuses personnalités politiques de tous bords".


L'élu du Finistère explique par ailleurs qu'il n'a pas démissionné de son poste au Perchoir car la règle selon laquelle une mise en examen implique le retrait du gouvernement, qu'il juge d'ailleurs "discutable", "n'a pas à s'appliquer ailleurs". 


Interrogé sur un tweet d'avril 2017 dans lequel il jugeait que François Fillon, alors candidat à la présidentielle, avait perdu "toute autorité morale" à la suite de sa mise en examen, Richard Ferrand a répondu qu'il reprochait à l'ex-Premier ministre son engagement pris. "Le candidat Fillon avait dit que, s'il était mis en examen pour des sujets qui touchaient ses fonctions d'élu, il se retirerait. Avant mon élection, il y a un an, j'avais indiqué que je ne démissionnerais pas si j'étais mis en examen, après un classement sans suite sur un dossier strictement professionnel."  

FERRAND 


Les trois juges d'instruction du tribunal de grande instance de Lille saisis du dossier ont décidé de placer Sandrine Doucen, la compagne de Richard Ferrand, sous le statut de témoin assisté pour complicité de prise illégale d'intérêts et recel.

EDOUARD PHILIPPE SUR TF1

EDOUARD PHILIPPE SUR TF1


Invité du journal télévisé de 20H ce jeudi soir sur TF1, le Premier ministre a fait part de son "amitié" et de sa "confiance" à Richard Ferrand. "Je crois qu'il peut continuer à assurer la présidence de l'Assemblée nationale dans de bonnes conditions", a estimé le chef du gouvernement. 

Urgent

FERRAND


Sandrine Doucen, la compagne de Richard Ferrand, est entendue actuellement par les juges d’instruction lillois saisis de l’affaire des "Mutuelles de Bretagne. (parquet de Lille / LCI)

ANTICOR

VIDEO - Jérôme Karsenti, l'avocat d'Anticor, réagit sur LCI après la mise en examen de Richard Ferrand, qui fait suite à une plainte de l'association. Il se dit "déçu" de la position du gouvernement qui affiche son soutien au président de l'Assemblée nationale. Un gouvernement qui "avait commencé son mandat sur l'idée de la moralisation de la vie politique"

AFFAIRE FERRAND

VIDEO - Le point sur la mise en examen de Richard Ferrand dans l'affaire dite des "Mutuelles de Bretagne"

LAREM/LE GENDRE

VIDEO - Sur LCI, le chef de file des députés LaREM Gilles Le Gendre défend Richard Ferrand et "l'application stricte des principes" 

LR/BELLAMY

LE GENDRE

Le patron des députés LaREM Gilles Le Gendre rejette sur LCI les appels à la démission de Richard Ferrand. "Il faut en revenir aux principes, l'indépendance de la justice et la séparation des pouvoirs", clame-t-il. "Richard Ferrand restera présumé innocent jusqu'au bout de la procédure"

APPELS A LA DEMISSION

Après Nicolas Dupont-Aignan (DLF), le patron du PS Olivier Faure appelle à son tour à la démission de Richard Ferrand

EDOUARD PHILIPPE

Invité du 20 H de TF1 ce jeudi, Edouard Philippe s'exprimera au sujet de la mise en examen de Richard Ferrand. Pour l'heure, Matignon indique simplement à LCI être sur la même ligne que l'Elysée, à savoir une confiance réitérée au président de l'Assemblée nationale

DÉMISSION ?

SOUTIEN


Dans un tweet, Stanislas Guérini, délégué général de LaREM, apporte son soutien à Richard Ferrand au nom de son part.

GOUVERNEMENT

Même son de cloche du côté de l'exécutif. "Il est logique que le président de la République lui garde toute sa confiance, parce que c’est un homme loyal, droit, qui a eu un parcours politique exemplaire", estime la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, sur Europe 1.

"C’est un homme qui, dans l’exercice de ses fonctions, est absolument irréprochable"

LAREM

"Je renouvelle toute ma confiance et mon soutien à Richard Ferrand", réagit à son tour le délégué général d'En Marche Stanislas Guerini auprès de LCI. "Gardons-nous de confondre instruction et condamnation. Cette mise en examen est la suite logique d’une procédure ouverte en 2017, dans laquelle il avait déjà bénéficié d’un classement sans suite. Richard Ferrand est un homme d’Etat qui a dédié sa vie publique à défendre nos institutions et l’intérêt des Français. Son intégrité ne saurait être remise en cause"

RÉACTION


Comma la plupart des députés LaREM ce matin, Olivia Grégoire, députée de Paris, a apporté son soutien au président de l'Assemblée nationale.

RÉACTION


"Politiquement, ce n'est pas une bonne nouvelle", concède Sébastien Lecornu sur LCI.

RÉACTION


"Faut-il démettre le 4ème personnage de l'État sur un doute ? Je pense que non", affirme le ministre Sébastien Lecornu sur LCI.

RÉACTION


La question sur toutes les lèvres ce matin est la suivante : Richard Ferrand peut-il rester au perchoir ? "Pour moi, oui", affirme l’invité d'Elizabeth Martichoux, Sébastien Lecornu. 

FERRAND


Richard Ferrand ne compte pas démissionner "car une instruction n’est en aucun cas une condamnation", confie son entourage à LCI.

Selon des proches, le patron de l'Assemblée est sorti "déterminé" de sa longue audition

RÉACTION

RÉACTION


Le député LaREM Alain Tourret dénonce "un acharnement judiciaire".

Urgent

ÉLYSÉE


"Richard Ferrand dispose de toute la confiance du président", a affirmé la présidence de la République à LCI, tout en rappelant le principe de séparations des pouvoirs.

RÉACTION


Pour Jérôme Karsenti, avocat d'Anticor, la mise en examen de Richard Ferrand est une première victoire.

SOUTIEN


Invité sur franceinfo, Gilles Le Gendre, patron des députés LaREM à l'assemblée nationale, a apporté son soutien à Richard Ferrand.


"Le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand doit rester dans ses fonctions. La mise en examen ne préjuge en rien de sa culpabilité", a assuré Gilles Le Gendre.


"Le cours de l'affaire judiciaire ne doit en rien pervertir le fonctionnement institutionnel", affirme par ailleurs Gilles Le Gendre.

MIS EN EXAMEN


Le président LREM de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, mis en examen cette nuit pour "prise illégale d'intérêts" dans l'affaire des Mutuelles de Bretagne, s'est aussitôt dit "déterminé à poursuivre (sa) mission".


Dans un communiqué transmis à l'AFP, M. Ferrand "prend acte de cette mesure procédurale qui va lui permettre de pouvoir se défendre dans ce dossier" et "reste serein sur l'issue de la procédure, au regard du classement sans suite de l'ensemble des griefs de la première plainte" en octobre 2017, "d'autant plus qu'aucun élément nouveau n'a été versé à ce dossier dans lequel il n'y ni préjudice ni victime".

Bonjour à tous !

Lire aussi

Suivez en direct les réactions politiques à cette mise en examen dans le live ci-dessus.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter