EN DIRECT - Affaire Griveaux : "Pornopolitique n'est pas terminé", répète Pavlenski

EN DIRECT - Affaire Griveaux : "Pornopolitique n'est pas terminé", répète Pavlenski
Justice

ONDE DE CHOC - Après que Benjamin Griveaux a quitté précipitamment la campagne pour les municipales à Paris, à la suite de la publication de vidéos intimes à caractère sexuel, l'activiste russe Piotr Pavlenski et sa compagne Alexandra De Taddeo ont été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire. Suivez les dernières informations sur l'affaire.

Live

TADDEO


"Ça reste qu'une histoire de photos, de pornographie, on en voit tous les jours…". C'est ainsi qu'Alexandra de Taddeo, la destinataire des vidéos intimes de Benjamin Griveaux, a résumé l'affaire. Dans un entretien diffusé par M6 ce dimanche, l'étudiante en droite, mise en examen et placée sous contrôle judiciaire, estime que "tout ce qu'il y a eu autour de cette affaire me paraît disproportionné"

BRANCO


Soupçonné d’avoir joué un rôle dans la publication des vidéos intimes de Benjamin Griveaux, Juan Branco affirme ne pas être impliqué. "Je ne suis pas le troisième homme », se défend-il dans les colonnes du Parisien ce mardi. Piotr Pavlenski lui aurait bien proposé de participer à la diffuser de son action, mais l’avocat assure avoir refusé, "choisissant de rester strictement dans [son] rôle d’avocat".  "De plus, j’avais peur que ce soit faux, que Pavlenski soit manipulé par son entourage ou qu’il s’agisse d’un coup de Trafalgar visant à me discréditer. Jusqu’à ce que Griveaux démissionne, j’ai un fort doute qu’il s’agisse de lui sur la vidéo", raconte aussi Juan Branco. 


Ce dernier prend par ailleurs ses distances avec l’action du Russe : "Pour ma part, je n’aurais jamais diffusé ces vidéos. Ce ne sont pas mes méthodes. Ceux qu’il faut interroger sur la complicité, voire le recel, ce sont ceux qui ont relayé la vidéo, comme Joachim Son-Forget."

PAVLENSKY


"Pornopolitique n'est pas terminé". Dans Le Parisien ce samedi, l'activiste russe confirme son intention de continuer le projet qu'il a commencé en publiant sur un site Internet les vidéos intimes de Benjamin Griveaux, alors candidat aux municipales à Paris. Sans donner plus de précisions, il regrette que le site n'ait été en ligne que trois jours "avant que le gouvernement ne [le] bloque". "J'ai le matériel", assure-t-il. 


Dans cet entretien, il répète par ailleurs avoir dérobé la séquence vidéo à sa compagne et revient sur le rôle qu'aurait joué l'avocat Juan Branco. "Je lui ai posé deux questions, explique Pavlenski. Comment ouvrir un site pornographique en France ? Et comment m'assurer de l'identité d'une personne dont on ne voit pas le visage sur une vidéo ? (...) Il m'a aussi renseigné sur les risques. Mais il est resté à distance." Une façon de dédouaner l'avocat.  

PAVLENSKI

Dans un entretien au Parisien à paraître ce samedi, l'artiste activiste russe Piotr Pavlenski a assuré "avoir le matériel" pour reprendre le projet "Pornopolitique", le site qui a hébergé la vidéo de Benjamin Griveaux. Un Benjamin Griveaux à propos de qui il a confié sa surprise de le voir démissionner. "J'ai trouvé bizarre qu'il démissionne et j'ai été surpris qu'il porte plainte", explique cet opposant à Vladimir Poutine.

"VIDÉOS VOLÉES SUR UNE CLÉ USB"


Piotr Pavlenski assure au journaliste du Monde avoir, à l'automne 2019,  "exploré discrètement l’ordinateur" que lui et Alexandra de Taddeo se partagent et y avoir trouvé les vidéos. "J’ai tout regardé, j’ai trouvé ça intéressant. Je les ai donc volées avec une clé USB", dit l'artiste russe. Piotr Pavlenski indique avoir ensuite publié sur son site tout ce qu’il avait trouvé, soit deux enregistrements. "Je n’en ai pas vu d’autres", dit-il. 

"PORNOPOLITIQUE", PAVLENSKI SEUL?


Dans un entretien au Monde, Piotr Pavlenski réaffirme être seul à la tête et à l'origine du site pornopolitique.com. 


"Le site Pornopolitique lancé sur Internet en novembre 2019 ? 'C’est moi', tout seul assure-t-il. Le texte de la home page appelant à dénoncer « l’hypocrisie » des fonctionnaires et des hommes politiques ? 'Moi.", écrivent les journalistes du quotidien citant l'artiste russe.

PAVLENSKI


A nos confrères du Monde qui l'ont rencontré jeudi et qui publient un article ce vendredi, Piotr Pavlenski affirme avoir publié sur son site tout ce qu’il avait trouvé, "soit deux enregistrements". "Je n’en ai pas vu d’autres", dit-il. Alexandra de Taddeo a expliqué avoir effacé les autres images.

Affaire Griveaux : Pavlenski affirme avoir "volé" la vidéo dans l'ordinateur de Taddeo

PAVLENSKI


Dans une interview à CNN, l'activiste russe Piotr Pavlenski affirme qu'il a volé les vidéos de Benjamin Griveaux sur l'ordinateur de sa compagne, Alexandra de Taddeo.


Il explique avoir volé les vidéos sans lui demander et qu'il lui a dit ce qu'il faisait après avoir publié les vidéos sur son site "pornopolitique".


"Elle était pas contente que je demande pas (à) elle, bien sûr", précise M. Pavlenski.


"Pour moi ça a été seulement début. Bien sûr, j'ai été content quand j'ai vu que ces premières porno ressources politiques (ndlr: une allusion au nom du site sur lequel les vidéos de M. Griveaux ont été diffusées), les gens avaient besoin de ça, les gens commençaient à lire ça de suite (...). Ça a existé seulement trois jours, ça a été début, maintenant je dois reconstruire encore", poursuit-il.


Il affirme avoir découvert les vidéos en novembre dernier.

GRIVEAUX


Interrogé par LCI, un poids lourd de la majorité estime que Benjamin Griveaux n’aurait pas pu maintenir sa candidature. Pour lui, l’avenir politique de l’ancien porte-parole du gouvernement est fortement compromis, quand bien même il n’a rien commis d’illégal. 

Affaire Griveaux : ce qu’a dit Alexandra de Taddeo au cours de sa garde à vue

DE TADDEO

Lors de sa garde à vue, l'étudiante a notamment assuré que c'était bien Piotr Pavlenski qui, ayant accès à son ordinateur et à ses téléphones portables, lui a subtilisé les vidéos intimes de Benjamin Griveaux.

Affaire Griveaux : ce qu’a dit Alexandra de Taddeo au cours de sa garde à vue

POLÉMIQUE


Christophe Castaner suscite l'indignation de la classe politique après avoir évoqué la vie intime d'Olivier Faure, Premier secrétaire du Parti socialiste, sur fond d'affaire Griveaux. 

Affaire Griveaux : Christophe Castaner "regrette" ses propos à l'endroit d'Olivier Faure "s'ils l'ont blessé"

ALEXANDRA DE TADDEO, 'FEMME SOUS INFLUENCE"?

CASTANER PRÊT À "REMETTRE EN CAUSE" LE STATUT DE PAVLENSKI


Invité de France Inter ce mercredi matin, Christophe Castaner a indiqué que le gouvernement pourrait "remettre en cause" le statut de réfugié de Piotr Pavlenski à l’issue de la procédure judicaire en cours. "Ce que j'attends de quelqu'un que l'on protège dans le cadre d'un statut de réfugié politique, c'est qu'effectivement, il soit un citoyen exemplaire", a déclaré le ministre de l’Intérieur, précisant que si l’activiste russe "est sanctionné" par la justice, "nous pourrons remettre en cause son statut de réfugié à ce moment-là".  

JUAN BRANCO PRIÉ DE SE METTRE EN RETRAIT

Le bâtonnier de Paris a demandé à Juan Branco de renoncer à défendre Piotr Pavlenski

OLIVIER COUSI, BÂTONNIER DE PARIS 


"Je lui ai demandé de se retirer du dossier, et il a accepté." Le bâtonnier de Paris, Olivier Cousi, a demandé à l'avocat Juan Branco de renoncer à défendre Piotr Pavlenski dans l'affaire Griveaux, en raison notamment de "l'absence de distance" entre l'avocat et les actions de son client. Toutefois, il considère "qu'il n'y a pas, en l'état du dossier, de conflit d'intérêts." 


De son côté, Me Branco avait dénoncé ce week-end une atteinte aux droits de la défense, expliquant que le parquet s'opposait à sa désignation comme avocat de l'artiste russe. 

RÉACTION


Invitée de LCI mardi soir, Me Noémie Saidi-Cottier, l'avocate d'Alexandra de Taddeo, a réagi à la mise en examen de sa cliente, expliquant que cette dernière n'était "pas à l'initiative" de la diffusion des vidéos de Benjamin Griveaux. 

Affaire Griveaux : l'avocate d'Alexandra De Taddeo assure que sa cliente "n'est pas à l'initiative" de la diffusion des images

DE TADDEO

Sous contrôle judiciaire, "elle est interdite de se mettre en contact avec Piotr Pavlenski et Benjamin Griveaux"

DE TADDEO

Comment rencontre-t-elle Pavlenski ? "Elle voulait réaliser une interview de lui, après avoir vu une conférence qui l'avait fait s'intéresser à son travail. Elle l'a donc contacté pour ça et pour réaliser quelque chose sur ce travail."

Et Juan Branco ? "Aucune idée. Je sais qu'ils se connaissent. Elle ne dit pas que c'est un ami mais un avocat".

DE TADDEO

"Je ne sais pas dans quelle mesure elle partage les idées de Pavlenski, mais en tout cas, elle le soutient. Quant à lui, il n'y a pas l'air d'avoir une grande crainte. Il semble connaître les limites de la liberté d'expression."

DE TADDEO

"J'ai parlé à ma cliente pendant trois heures, quatre heures. Tout ce que je peux dire, c'est qu'aujourd'hui, elle est en accord avec la démarche, le projet de son compagnon. Partage-t-elle toutes ses vues politiques ? Cet homme peut être charismatique, avec des combats, des convictions. Mais le partage-t-elle à ce point... je ne sais pas. Mais j'imagine qu'elle fait sienne une partie de ses idées."

DE TADDEO

"Si elle a d'autres vidéos en sa possession ? Alors là, sans commentaire, je ne sais pas du tout".

DE TADDEO

"Elle n'est pas brisée par ce qu'il se passe. Elle est inquiète, tourmentée, mais ça personnalité est assez forte, et elle va assumer. Elle a reçu des vidéos, les a conservées, qui se sont trouvées publiées. Elle n'a pas honte de sa position, elle assume ce qu'elle a fait par le passé. Elle n'a pas honte. Mais bien sûr qu'elle est affectée, qu'elle va devoir aller devant tous les médias, en se retrouvant connue alors qu'elle ne l'était pas."

DE TADDEO

"Je ne crois pas qu'elle ait été manipulée. Des gens proches d'elle l'ont dit, mais c'est une jeune femme équilibrée, agréable, intelligente, elle a du chien. Ce n'est pas une victime, une femme faible, ni une manipulatrice, avide de relations avec des gens connus. C'est une jeune femme étudiante, brillante, qui s'intéresse beaucoup à la Russie, à l'art, à la culture, et qui a une admiration pour le travail de son compagnon. Tout ce qu'elle dit, c'est qu'elle a reçu des vidéos, qui se sont retrouvées sur internet, sans qu'elle le veuille."

DE TADDEO

Confrontée au témoignage de Gallia Ackermann, biographe de Pavlenski, qui ne parle qu'un français rudimentaire et ne disposant pas de connaissances informatiques pour monter un site basé qui plus est aux Etats-Unis, l'avocate reste vague : "Je ne peux pas dire ce que m'en a dit ma cliente, considérant le secret professionnel. Donc je peux rien en dire de plus, sinon qu'elle n'est pas l'actrice principale de cette machination, cette Mata-Hari, cette envoyée de la Russie pour piéger Macron qui serait allée chercher une adresse IP".

DE TADDEO

Comment Alexandra de Taddeo a-t-elle pris connaissance des vidéos ? "Vous savez, elles ne sont pas restées secrètes bien longtemps", répond son avocate Me Noémie Saidi-Cottier. "Elle a dû les découvrir sur Twitter, comme moi, j'imagine". Et dans quel état d'esprit a-t-elle été à ce moment ? "Elle a été fâchée, pas heureuse qu'elles soient diffusées. J'imagine qu'elle en a parlé, en tout cas à son petit ami. Aujourd'hui, elle le soutient, donc elle a dû avoir une discussion avec lui."

DE TADDEO

"C'est forcément quelqu'un qui a su sa relation antérieure, qui connait ses habitudes, qui s'est saisi de cette vidéo."

DE TADDEO

Me Noémie Saidi-Cottier : "Quand elle enregistre ces images, qui lui ont été envoyées de manière consentante, elle le fait pour elle. C'est au juge d'instruction d'essayer de comprendre comment ces vidéos sont arrivées de l'ordinateur ou du téléphone de ma cliente puis sur un site internet controversé et sur les réseaux sociaux."


"Je peux comprendre qu'on se pose la question [de son implication] mais à ce stade, on n'a pas la certitude qu'elle ait publié elle-même ces vidéos sur internet." A son insu ? "Je ne sais pas. On aura l'explication. En tout cas, elle n'est pas à l'initiative, elle n'avait pas envie, elle n'a pas participé. Et elle soutient." Une extorsion ? "C'est une des solutions. Si elle ne l'a pas donné, c'est qu'on lui a pris."

PAVLENSKI

A sa sortie de prison, l'artiste activiste russe s'est adressé à la presse.

MISE EN EXAMEN

Retrouvez l'intervention de l'avocat de Piotr Pavlenski, Me Yassine Bouzrou, annonçant la mise en examen de son client.

PAVLENSKI

"Je suis artiste. Je ne suis pas politico-activiste. Mes actes sont politiques. Mes actes révèlent des mécaniques de pouvoir. C'est un art qui doit ouvrir les yeux des gens."


"Bien sûr, je comprends que c'est un délit. J'étais sûr que j'allais aller en prison. C'a été assez surprenant que je sois mis en liberté."


"J'ai trouvé cette source, j'ai tout fait. Vous pourrez le comprendre par la suite. Les policiers ont pris mes ordinateurs et ils le verront."


"J'ai commencé par Benjamin Griveaux parce qu'il était le plus 'actuel', parce que je voulais participer à cette élection municipale. En démocratie, il faut que chaque habitant d'une ville peut participer à cette élection. J'étais concerné, moi aussi, parce que je suis Parisien. J'ai vu que cette personne, ce faux-cul, faisait des choses catastrophiques, c'est pour ça que j'ai agi."

PAVLENSKI

"Une source m'a envoyé les vidéos. Je ne dirai rien de ma source." 

PAVLENSKI

A sa sortie du palais de justice, l'artiste et activiste russe à l'origine de la diffusion des vidéos intimes de Piotr Pavlenski a pris la parole : "Je remercie les gens qui me soutiennent, c'est grâce aux frères que je peux être libre."


"Je commence seulement ce projet. Les fonctionnaires, les politiciens, les représentants du pouvoir y participeront. J'espère que je pourrai le poursuivre, parce que s'il devait s'arrêter au 3e jour, ce serait terrible.


Je pensais que la France était un pays de liberté d'expression, mais ce n'est pas du tout le cas. Je ne regrette pas du tout. Si quelqu'un d'hypocrite, auteur d'un mensonge envers tous les Parisiens, prenait le pouvoir, ce serait catastrophique. 


"Quand les gens n'aiment pas ce qu'on fait, soit c'est criminel, soit on est fou. J'ai passé beaucoup de temps dans des asiles psychiatriques pour ça."

DE TADDEO 

Me Noémie Saidi-Cottier : "Elle a choisi de conserver les vidéos [de Benjamin Griveaux] pour des raisons personnelles, pas pour le faire chanter dans le cadre d'une élection à des municipales. Elle le fait pour se protéger, mais aussi parce qu'elle vit quelque chose, que ça lui appartient."

"Peut-être qu'on ne raconte pas la nature d'une relation qui peut intervenir. Il faut bien avoir la temporalité pour comprendre tout ça. Elle a rencontré Piotr Pavlenski bien plus tard que les vidéos."

DE TADDEO

Me Noémie Saidi-Cottier : "Elle a envie de s'exprimer, il y a pas mal de choses qui ont été dites sur elles sans qu'elle ait pu s'exprimer. Par exemple, ça l'a faite un peu rire qu'on la décrive comme une espèce de Mata Hari envoyée par le Kremlin pour piéger les proches d'Emmanuel Macron. Qu'elle aurait tendu un piège sciemment pour le faire chanter... Mais elle s'en expliquera. Il lui importe, aussi, de ne pas être une victime de son compagnon. Son soutien est sans équivoque. Elle dit qu'elle n'a pas diffusé les vidéos. Mais son compagnon a son soutien, dans sa démarche, dans sa personne."

AVOCAT

L'avocate d'Alexandra de Taddeo, Me Noémie Saidi-Cottier, est l'invitée de LCI. A propos de sa cliente, son conseil la dit "contente". "Elle est heureuse, j'imagine, que Piotr Pavlenski soit également sorti. En tant qu'avocate, je ne peux que me réjouir du respect de la loi dans cette affaire, et que la plainte pour violences volontaires ne prenne pas le pas sur le sujet."

ME YASSINE BOUZROU, AVOCAT DE PIOTR PAVLENSKI

Urgent

PIOTR PAVLENSKI MIS EN EXAMEN


Piotr Pavlenski a été mis en examen. Le juge d'instruction a décidé de ne pas suivre les réquisitions du procureur de la République qui demandait un placement en détention. L'artiste russe va donc être remis en liberté dans la soirée et placé sous contrôle judiciaire. 


Également mis en cause dans un autre dossier portant sur des violences avec arme commises le 31 décembre, le réfugié politique n'a pas été mis en examen dans cette enquête.


"Je salue le courage d'un magistrat instructeur indépendant", a indiqué Me Yassine Bouzrou, qui défend les intérêts de Piotr Pavlenski. "Je constate que cette enquête a été catastrophique avec des violations des droits de la défense énormes." 

ALEXANDRA DE TADDEO EST RENTRÉE CHEZ ELLE

Me SAIDI-COTTIER, AVOCATE D'ALEXANDRA DE TADDEO

Urgent

ALEXANDRA DE TADDEO MISE EN EXAMEN


Alexandra de Taddeo a été mise en examen ce mardi pour "atteinte à l'intimité de la vie privée" et "diffusion sans l'accord de la personne d'un enregistrement portant sur des paroles ou images à caractère sexuel et obtenues avec son consentement ou par elle-même". 


Placée sous contrôle judiciaire avec interdiction de rentrer en contact avec son compagnon, la jeune femme a quitté le tribunal, a fait savoir son avocate Me Noémie Saidi-Cottie . 


"Elle est fatiguée, elle a envie de se reposer. Elle assume sa position mais n'explique pas pour l'instant la diffusion de ces images", a ajouté l'avocate. 


Alexandra de Taddeo a indiqué aux enquêteurs qu'elle était bien la destinataire des vidéos intimes de Benjamin Griveaux mais que ce n'était pas elle qui les avait diffusées. 

JUAN BRANCO A VU PIOTR PAVLENSKI

"UN MOT POUR ALEXANDRA DE TADDEO"


"Piotr Pavlenski a un mot pour Alexandra de Taddeo, simplement qu'il l'aime", a ajouté Me Branco. 


"Dans les conditions actuelles où cet homme est détenu sans aucune raison ni justification, il n'a qu'un espoir, c'est qu'il sorte le plus vite possible", a déclaré Juan Branco. 


L'avocat a également remercié "le bâtonnat de l'appui extraordinaire qu'il lui a donné depuis le début de cette affaire, notamment Me Avi Bitton, Me Cédric Labrousse, Me Dominique Tricaud et Me Yassine Bouzrou qui a accepté avec beaucoup d'honneur et de fierté de prendre un dossier difficile et qui prendra ma suite".

Infos précédentes

Qui a fait tomber Benjamin Griveaux ? L'ex ministre - encore favori pour remporter la mairie de Paris il y a quelques mois - a brutalement quitté la campagne, emporté par la publication de vidéos à caractère sexuel diffusées sur internet. "Cette décision me coûte mais mes priorités sont très claires. C'est d'abord ma famille", a justifié Benjamin Griveaux dans une déclaration diffusée vendredi 14 février en début de matinée. 

Depuis, l'affaire - qui a dynamité la campagne de LaREM pour les municipales à Paris, et propulsé Agnès Buzyn en tête de liste - a pris un tournant judiciaire au centre duquel apparaît un activiste russe habitué aux coups d'éclat : Piotr Pavlenski, 35 ans, réfugié politique en France depuis deux ans. Mais aussi sa compagne, Alexandra De Taddeo, 29 ans, qui a reconnu être la destinatrice des vidéos de l'ex-porte-parole du gouvernement. 

Lire aussi

Toute l'info sur

Griveaux emporté par la divulgation d'une sextape

Comment ont-ils obtenu ces images ? Ont-ils bénéficié de complicité ? S'agit-il d'un acte de déstabilisation individuel ou un complot politique minutieusement préparé ? L'enquête a été ouverte pour "atteinte à l'intimité de la vie privée" et "diffusion sans l'accord de la personne d'images à caractère sexuel". Elle ne fait que commencer.  

Suivez les derniers développements de l'affaire Griveaux dans le direct ci-dessus. Si vous n'arrivez pas à lire ce live, cliquez ici. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent