EN DIRECT - Procès des attentats de janvier 2015 : l'impossible interrogatoire d'Ali Riza Polat

EN DIRECT - Procès des attentats de janvier 2015 : l'impossible interrogatoire d'Ali Riza Polat
Justice

HISTORIQUE - Le procès des attentats de janvier 2015 à Charlie Hebdo, Montrouge et à l'Hyper Cacher se poursuit. Ce mardi, l'interrogatoire d'Ali Riza Polat, le principal accusé qui encourt la perpétuité se poursuit.

Live

AUDIENCE SUSPENDUE


L'audience est suspendue, elle reprendra demain à 9h30.

NOTES


Polat a ses notes dans les mains, les classe, tapote dessus. Dans le box l'accusé est très énervé. 

Me Lévy continue de l'interroger malgré tout. 

"J'entends pas, parlez plus fort", lance Polat à l'avocat. 

EPUISEMENT 


"On va reprendre" dit Polat alors qu'on l'interroge sur la journée du 6 janvier. "Non", implorent les différentes parties. 

Le président à Polat qui repart dans des explications sans fin: "Je pense que vous êtes fatigué et que chacun est fatigué"

RENDEZ-VOUS


L'avocate générale : à chaque fois vos rendez-vous avec M. Coulibaly sont suivis ou précédés par des rencontres avec Mr Prevost, ça aussi c'est des coïncidences? 


L'avocate générale poursuit  : le 4 janvier Coulibaly intègre son appartement conspiratif de Gentilly, un peu avant il a des échanges  avec Prevost.. 

MESSAGES


L'avocate générale : le 27 décembre, Coulibaly vous envoie deux messages coups sur coups...

Polat : C'est simple. "t'es où?", je réponds "Je suis chez moi", "bah ok j'arrive".  Y'a rien à chercher. 

COINCIDENCES


L'avocate générale essaie une question sur le 25 novembre. "Coulibaly et Polat déclenchent les relais à Romainville alors que les Kouachi sont aux Lilas. 

Ali Riza Polat débute sa réponse, téléphonie à l'appuie. Sa réponse est claire. 

L'avocate générale :toutes ces rencontres c'est des coïncidences alors? 

"Oui" selon Polat qui répète juste après "j'ai bien travaillé la téléphonie".

TAXIPHONE ET COCAÏNE


L'avocate générale tente  une nouvelle question sur un appel du taxiphone. 

Ali Riza Polat Polat : Un taxiphone dans une banlieue? Tous les jeunes vont au taxiphone dans une banlieue. 

De là on ne sait pas comment on arrive sur une "interpellation pour de la cocaïne", "de l'herbe" et un "gendarme content." 

Encore une fois l'avocate dit à l'accusé pour le ramener à la question: "Monsieur Polat".

"IL VEND DU RÊVE"


L'avocate générale : j'en reviens à cette liste d'armes que vous avez écrite. Vous nous dites que c'était un renseignement pris sur des munitions. 

Polat : Karasular il va te vendre du rêve mais il arrive pas à sortir 12000 euros pour un véhicule. Mais Karasular pour de vrai c'est pas un trafiquant d'armes. 

Moi je cherchais des armes pour faire un braquage. Lui Coulibaly, il a sa filière, vous avez remonté la personne (Claude Hermant), moi j'ai rien à voir là-dedans.

COTES


L'avocate générale pose une nouvelle question à Ali Riza Polat. 

Ali Riza Polat : je peux vous expliquer mais j'aurais préféré avoir les cotes

L'accusé a une énergie débordante. Il ne cesse de parler depuis ce matin et ne prend jamais de pause. Le président semble à bout. 

INSULTES ET VIOLENCES


L'avocate générale : des témoins ont évoqué des  violences de votre part, vous avez l'insulte facile. 

Polat : il y a 14 ans de cela je préparais déjà ma radicalisation. Mon frère il avait 13 ans, il était rentré à 3 heures du matin et il a insulté ma mère. L'autre, (un témoin qui doit venir à la barre mais qui apparemment ne viendra pas, un certain Karim A. ) ...

Et Polat  part dans tous les sens

L'avocate générale : M. Polat, sur les violences s'il vous plait. 

Il ne cesse de parler, il parle de porc, de religion. 

L'avocate générale: M. Polat , vous savez j'ai tout un tas de question vous allez pouvoir vous exprimer. Restez concentré sinon je vais finir par croire que vous voulez entretenir un flou sur certaines questions. 

TENTATIVE D'EVASION


Polat : Coulibaly quand il esr sorti de prison il a été vague là-dessus. Sur le terrorisme. Il m'a dit j'ai rien à voir là-dedans. 

L'avocate générale : Vous saviez que c'était une tentative d'évasion pour un terroriste et vous attendez benoitement sa sortie de prison (à Coulibaly) pour avoir des explications? 

Polat :  Madame, il est passé devant une cour d'assises Coulibaly,  il n'a pas été condamné pour terrorisme

L'avocate générale Ils le savaient ça à la cité? 

Polat : Ouais

DETTE DE 15 000 EUROS


L'avocate générale interroge Polat. Elle revient sur la dette de 15 000 Euros qu'il a envers Coulibaly. 

Ali Riza Polat part encore dans tous les sens et finit par dire: "les escroqueries, on n'a pas réussi à sortir les voitures". 

L'avocate générale : "vous nous dites que vous avez voulu acheter une voiture chez Porsche mais que c'était fermé". 

Polat recommence : "Faut sortir 15 000 pour avoir un véhicule à 75 000 mais moi je les ai pas les 15 000". 

"JAMAIS RECRUTÉ?"


Avocat de la partie civile : vous qui partagez ses croyances à Amedy Coulibaly, qui êtes proche de lui. Il n'a jamais tenté de vous recruter? 

Polat : mais jamais de la vie, il me connait depuis longtemps. Il sait très bien qu'il faut pas me parler de ça. Moi faut me parler d'argent. Moi j'ai pas envie de mourir. Vous avez envie de mourir vous? 

L'avocat : non

Polat : je suis du même avis que vous. Il sait que je veux pas mourir

L'avocat : donc vous en avez parlé avec lui

Polat : non, pourquoi il va en parler avec moi puisqu'il sait que je suis pas de l'Etat islamique. L'Etat islamique ils ont beaucoup de combattants,  peut-être qu'ils allaient lui envoyer quelqu'un, j'en sais rien. Je vais pas vous envoyer sur des fausses pistes. 

AQPA / DAECH


Un avocat de la partie civile s'adresse à Polat. Les attentats ont été revendiqués par Aqpa pour celui des Kouachi et Daech pour ceux commis par Coulibaly. Vous en pensez quoi? 

Polat : Je ne connais rien de ces organisations, et Coulibaly ne m'a jamais dit qu'il était de l'Etat islamique, et les Kouachi je les connais pas.  Ils ont retrouvé une prestation d 'allégeance de Coulibaly à Daech, d'après le dossier, il aurait fait les attentats pour le compte de Daech.C'est tout ce que je peux vous dire. Je ne sais pas qui a pu aider pour coordonner les attaques. 

L'AUDIENCE EST REPRISE

AUDIENCE SUSPENDUE 15 MINUTES

"VOUS ETES MALADE"


Ali Riza Polat répète plusieurs fois "Vous êtes malade" quand il entend les thèses des avocats de la partie civile. 

CHICKEN SPOT


Me Metzker, avocat de la partie civile: dans la nuit du 6 ou 7 janvier; vious avez rendez-vous avec Amedy Coulibaly. Pourquoi Montrouge?

Polat :c'est pas Montrouge, Coulibaly me donne rendez-vous au Chicken Spot de porte de la Chapelle. Il me renvoie un message et il me dit : "viens porte d'Orléans, près de l'hôtel Novotel, dans un petit hôtel" J'ai fait demi-tour à la station BP et je lui ai donné son argent. Cherif Kouachi, Coulibaly l'a vu avant. Moi je vois Coulibaly à 1h20. A 1h26, je suis porte d'Orléans. 

Me Metzker : vous êtes à quelques minutes de Montrouge, près de l'école juive, près du lieu où sera assassinée Clarissa Jean-Philippe

Polat : si on va dans votre thèse, pourquoi je lui donne tout cet argent si je sais qu'il va faire un attentat. 

Me Metzker : pour sa cavale par exemple

Polat: Comment tu peux être dans la confidence que quelqu'un va se faire tuer et lui remettre des fonds?

"PERVERS ET MECREANT"


Me Senyk, avocate de la partie civile revient sur une écoute téléphonique entre la maman de Polat et une amie. Dans cette conversation, deux mots sont relevés "pervers" et "mécréant". Polat aurait traité sa mère et sa soeur de "perverse" et de "mécréante". 

Polat : ma maman a une haine viscérale de l'islam. Elle dit son fils va rejoindre les frères arabes, elle dit pas musulmans.Moi elle est venue à ma barre, à la barre. Elle l'a dit: je l'ai jamais traité de mécréant.

Infos précédentes

Un procès "pour l'Histoire", hors normes et intégralement filmé. Du mercredi 2 septembre 2020 au mardi 10 novembre 2020, 14 accusés doivent répondre d'avoir apporté un soutien aux frères Saïd et Chérif Kouachi ainsi qu'à Amédy Coulibaly pour les aider à perpétrer les attaques perpétrées à la rédaction de Charlie Hebdo, Montrouge et l'Hyper Cacher, les 7, 8 et 9 janvier 2015. 

Parmi eux, trois sont visés par un mandat d’arrêt international depuis leur fuite commune en Syrie dans les jours précédant les attaques : Hayat Boumeddiene, 32 ans, épouse d’Amedy Coulibaly, et les frères Mohamed et Mehdi Belhoucine, 33 et 29 ans. Parmi les onze accusés présents, un seul, Ali Riza Polat, 33 ans, encourt la réclusion criminelle à perpétuité, pour complicité des crimes et délits commis par les trois terroristes, neutralisés par les forces de l'ordre à l'issue de trois jours d'horreur. 

Lire aussi

Dans l'enceinte du tribunal judiciaire des Batignolles, pas moins de quatre salles d'audience, une principale et trois pour les retransmissions, sont mobilisées pour pouvoir accueillir pas moins de 200 parties civiles, 94 avocats et 90 médias accrédités, dont une trentaine d'étrangers. Le public, lui, peut aussi assister à l'audience, depuis l'auditorium, également réquisitionné pour ces 49 jours de ce procès "pour l'Histoire".

Toute l'info sur

Le procès hors normes des attentats des 7, 8 et 9 janvier 2015

Suivez le procès en direct dans le fil en tête de cet article grâce à nos journalistes présents sur place.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : Emmanuel Macron va prendre la parole mercredi à 20h

Par âge, avec écoles ouvertes, local ou juste le week-end... 5 nuances de confinement

Appelés à "défendre l’intérêt" du pays, les musulmans de France s’inquiètent d’une surenchère

Éventuel "reconfinement" : comment le gouvernement a changé de discours en quelques semaines

Le Maroc condamne la publication des caricatures de Mahomet

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent