Procès Jawad Bendaoud: "M. Ait-Boulahcen aurait pu sauver sa soeur, mais il l'a laissée aller à sa mort", accuse une avocate

JUSTICE - Après les propriétaires, mardi, c'était au tour des locataires du 48, rue de la République à Saint-Denis d'être auditionnés ce mercredi, au sixième jour du procès de Jawad Bendaoud, Momamed Soumah et Youssef Aït-Boulahcen.
Live

Ils veulent être considérés comme des victimes du terrorisme et, à ce titre, être indemnisés. Après les propriétaires du 48 rue de la République à Saint-Denis, ce sont les locataires qui viendront à la barre ce mercredi, dans le cadre du procès de Jawad Bendaoud, Momamed Soumah et Youssef Aït-Boulahcen, qui se tient depuis le 24 janvier dans l'enceinte de la 16e chambre du tribunal correctionnel de Paris. C'est à cette adresse qu'Abdelhamid Abaaoud, Chakib Chakrouh et Hasna Aït-Boulahcen avaient été hébergés mi-novembre 2015, après les attentats de Paris et Saint-Denis, qui ont fait 130 morts et des centaines de blessés. 


Mardi déjà, les propriétaires de logements de cet immeuble où s'est déroulé l'assaut du Raid le 18 novembre 2015 ont été entendus. Tous ont fait part de leur colère et de leur désarroi.  Ils n'ont pu regagner  leur logement, ils n'ont pu récupérer leurs affaires et n'ont jamais touché un centime après ces terribles événements. Avant eux, ce sont les proches des  personnes décédées dans les attaques qui avaient partagé avec le tribunal leur tristesse, leur souffrance et leur colère. 

Plaidoiries des avocats des parties civiles

Les avocats des parties civiles prendront ensuite la parole après les locataires. Peut-être "dès mercredi" avait dit en début de semaine la présidente de la 16e chambre, Isabelle Prévost-Desprez. Suivront, en début de semaine prochaine, le réquisitoire du procureur et les plaidoiries des avocats de la défense. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Jawad Bendaoud, le "logeur de Daech" en procès

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter