EN DIRECT - Procès :"Si j'appartenais vraiment à Al-Qaïda, je le revendiquerais" assure Abdelkader #Merah

EN DIRECT - Procès  :"Si j'appartenais vraiment  à Al-Qaïda, je le revendiquerais" assure Abdelkader #Merah
Justice

Toute L'info sur

Le procès Merah

JUSTICE - Au 17e jour du procès d'Abdelkader Merah et Fettah malki, un nouvel interrogatoire du frère du "tueur au scooter" est prévu ce mardi après-midi salle Voltaire. Avant lui, deux experts psychiatres seront entendus ce matin.

Il a déjà répondu pendant de longues heures vendredi 13 et vendredi 20 octobre. Après le vol du scooter avec son frère cadet Mohamed Merah, après la religion vendredi dernier, Abdelkader Merah devra encore une fois s'expliquer devant la cour d'assises spéciale ce mardi. 

Encore une fois, il sera question de taqiya, du contenu de son disque dur et de sa bibliothèque. Encore une fois seront abrodés la question du prosélytisme, du salafisme, du radicalisme.... Encore une fois, Abdelkader Merah fera sa doute preuve de louvoiement, main sur sa barbe ou agrippé au micro,  pour expliquer qu'il n'a rien à voir ou presque avec les actes commis par son petit frère Mohamed Merah en mars 2012...

Live

REPRISE D'AUDIENCE 

AUDIENCE SUSPENDUE


L'audience est suspendue 10 minutes. 

FIER DES ACTES DE MOHAMED 


Interrogé par les président sur les actes de son petit frère MohamedMerah, Abdelkader Merah avait répondu à l'époque "Je n'ai aucun jugement à porter sur ces actes mais je suis fier de la finalité. S'il a fait ça , c'est au nom de l'Islam. C'est une belle fin". Aujourd'hui dans le box, Abdelkader Merah dit qu'il avait déclaré cela par "provocation", après que les enquêteurs lui ont appris la mort brutale de son frère, abattu le 22 mars au matin par le Raid. 

LES FICHIERS COMPORTEMENTS 


Le lecteur multimédia d'Abdelkader Merah comprenait une série de 17 

dossiers intitulés en français « comportement ». Ces enregistrements consistaient en des enseignements donnés aux moudjahids pour échapper à la surveillance des services de renseignement.


L'ensemble des fichiers était disponible sur le site Youtube . Ils étaient diffusés par le groupe médiatique « Al Fajer » et par un individu portant le pseudonyme « Abi Obeida Abdallah Al Adhem ». Les titres arabes de la série de formations à destination des djihadistes ne correspondaient pas aux titres français des fichiers découverts sur le lecteur multimédia.


Dans les fichiers audio, les conseils étaient prodigués par une voix masculine en langue arabe littéraire et sans accent. 

Parmi les fichiers : le "comportement ami" portait sur l'utilisation du téléphone, le "comportement copain " conseillait d'avoir recours à un

intermédiaire de confiance et de diversifier les fournisseurs en matière d'achat

d'armes, le "comportement étrangères" consistait en un cours sur le

nécessaire caractère secret des actions à mener... 

Infos précédentes

Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité

Poursuivi pour complicité dans les sept assassinats et la tentative d'assassinats commis par son petit frère Mohamed à Toulouse et Montauban en mars 2012 et pour association de malfaiteurs terroristes, Abdelkader Merah, 35 ans, encourt la réclusion criminelle à perpétuité.  Depuis le début du procès, il conteste les faits qui lui sont reprochés affirmant qu'il n'a jamais été le mentor, la tête-pensante du "tueur au scooter" ou, comme l'a surnommé la partie civile, le bras armé". 

Lire aussi

L'accusé, hqui se définit comme "musulman orthodoxe, a prouvé depuis le 2 octobre qu'il était loin d'être un idiot. Aidé par ses avocats, parmi lesquels Eric Dupond-Moretti, ténor du barreau, le trentenaire dans le box sait que les preuves matérielles sont aujourd'hui peu nombreuses pour ne pas dire absentes. Ces éléments qui font cruellement défaut pour les parties civiles comme pour l'accusatrion pourrait permettre au frère de Mohamed Merah de se voir condamner à une peine bien moindre que la perpétuité. 

Lire aussi

La conviction de l'accusation et des parties civiles ne suffira pas à lui infliger la sanction la plus lourde. Il leur reste jusqu'au 3 novembre prochain pour démontrer que les attentats terroristes de 2012  ont été préparés par "un monstre à deux têtes"  avec d'un côté Abdelkader Merah et de l'autre son frère cadet Mohamed, tué par le Raid le 22 mars 2012. 

Voir aussi

En attendant les questions cet après-midi à Abdelkader Merah, deux experts seront entendus ce mardi matin devant la cour d'assises spéciale. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent