EN DIRECT – Procès Merah : " Selon un témoin, Abdelkader Merah avait retourné la cervelle de son frère Mohamed" dit le juge Teissier

JUSTICE – Au 18e jour du procès d’Abdelkader Merah et Fettah Malki, les parties civiles sont à la barre ce mercredi. Cet après-midi, deux témoignages sont très attendus, ceux du militaire Loïc Liber, militaire blessé le 15 mars 2012 par Mohamed Merah, et celui du juge antiterroriste Christophe Teissier.
Live

AUDIENCE SUSPENDUE. REPRISE DEMAIN A 9h30

L'AUDIENCE EST REPRISE


Karim Mesbah ne viendra donc pas comme annoncé plus tôt. Le président fait état de certains éléments de sa déposition qu'il lit. 

AUDIENCE SUSPENDUE


 Karim Mesbah qui devait être entendu ne s'est pas présenté. L'audience est suspendue 10 minutes.

FIN DE L'AUDITION DU JUGE TEISSIER 

QUESTIONS AU JUGE ANTITERRORISTE


Le juge Teissier a fini sa déposition spontanée. Le juge antiterroriste a témoigné près d'une heure sans avoir aucune note. Il se souvient du mondre détail, c'est impressionnant. On passe maintenant aux questions. 

LE JUGE TEISSIER ENTENDU


Le juge antiterroriste Christophe Teissier sera appelé à la barre dans quelques minutes. 

L’émotion sera forte ce mercredi au procès d’Abdelkader Merah et Fettah Malki. Ce matin en effet, plusieurs personnes défileront à la barre, à moins de trois mètres des deux accusés, poursuivis pour complicité dans les assassinats de son frère Mohamed Merah pour le premier et association de malfaiteurs terroristes pour les deux. 


Ces personnes qui prendront tour à tour la parole ne sont ni des experts, ni des policiers, ni des proches des accusés mais les familles des  victimes. Le président de la cour d’assises a annoncé que l’audience reprendrait, comme chaque jour, à 9h30. Seront entendus d’abord, si l’ordre annoncé par le président est respecté, les proches d’Abel Chennouf, militaire assassiné le 15 mars 2012, puis les proches d’Imad Ibn-Ziaten, militaire  tué le 11 mars 2012. 

"Envoyer un message de paix à l’accusé"

Naoufal Ibn-Ziaten,  parlera de son frère, Imad, et "des derniers souvenirs qu’il a partagé avec lui". Selon Naoufal Ibn-Ziaten, ce frère, tombé sous les balles d’un terroriste le 11 mars 2012 après avoir passé une annonce sur Le bon coin, lui "donne une force qui le pousse à aller tous les jours au  tribunal". 


Le jeune homme qui a plusieurs reprises depuis le début du procès n’a pu retenir ses larmes tant sa peine est grande veut "montrer à Abdelkader Merah qu’il a fait beaucoup de mal". Naoufal Ibn-Ziaten compte ce mercredi "envoyer un message de paix" à cet accusé.  "Je veux qu’il puisse réagir d’une façon humaine, car aujourd’hui, c’est un criminel dans le box, ce n’est pas un humain. J’ai besoin de lui montrer ce message de paix que nous, en tant que musulman, nous ne sommes pas dans la même optique et la même religion d’ailleurs que la famille Merah". 

Militaire blessé et juge d’instruction

Après que ses premières familles se sont exprimées, la cour devrait entendre à 14 heures le témoignage de Loïc Liber, que le " tueur au scooter" a tenté d’assassiner le 15 mars. Le  militaire est survivant mais a gardé de graves séquelles. Aujourd’hui tétraplégique, il sera entendu en visioconférence. 


Lui succèderont normalement son père, puis le juge d’instruction Christophe Teissier, et d’autres parties civiles, selon le planning annoncé mardi en fin d’audience par le président Franck Zentiera.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le procès Merah

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter