Hauts-de-Seine : comment une rumeur d'enlèvement d'enfants a mené à un lynchage

Justice
À LA LOUPE - Des rapts de fillettes sont-ils commis par "des Roumains" en camionnettes, dans les Hauts-de-Seine ? C'est ce qu'affirment des milliers d'internautes qui, vidéos à l'appui, partagent le lynchage, à Colombes, de deux hommes suspectés de ces faits. Le parquet, contacté par LCI, dément ces rumeurs d'enlèvements. Mais la suspicion est toujours de mise sur les réseaux sociaux. On fait le point.

Que s'est-il passé le week-end dernier à Colombes, dans les Hauts-de-Seine ? Depuis dimanche 17 mars, de nombreuses vidéos circulent sur Snapchat et Facebook, montrant au moins un homme se faire agresser. Toutes les images sont accompagnées de messages alarmistes laissant entendre qu'un groupe d'individus d'origine roumaine, à bord de camionnettes blanches, se livreraient à des enlèvements de petites filles à Nanterre, Colombes ou encore Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis). Des vidéos et des posts Facebook très viraux, qui cumulent  50.000 et parfois plus de 110.000 vues. Certaines ont même été partagées sur des pages dédiées à l'activité des Gilets jaunes. 


Alors que voit-on dans ces vidéos ? La première montre un homme allongé au sol, en train d'être frappé et copieusement insulté. Il semble être tombé non loin de la camionnette blanche et gémit de peur. Dans une autre vidéo Snapchat, un homme parle face à son smartphone. Il assure que des personnes ayant trouvé refuge dans une maison avoisinante "ont essayé de prendre [s]a fille". "J'ai le démon, il y a trop de keufs, on peut rien faire..." dit-il, agité. Nous avons identifié et contacté cet homme : malgré nos sollicitations, il n'a pas donné suite. 


Enfin, une troisième vidéo montre une vue d'ensemble de la scène, filmée du haut d'un immeuble. On y voit un véhicule du Samu ainsi qu'une camionnette blanche à l'arrêt. De nombreuses personnes sont attroupées au milieu de la route, dans une ambiance très tendue. La scène se déroule devant un pavillon, rue du président Salvador Allende, à Colombes.

Tout le monde en parle, personne n'a rien vu

Pour comprendre l'origine de l'incident, nous sommes entrés en contact avec diverses personnes ayant relayé ces images. C'est notamment le cas du compte Snapchat assez influent (80.000 abonnés) intitulé "C Pas Des Lol". Derrière ce compte, un jeune habitant du sud de la France. Lui n'était pas à Colombes au moment des faits. Il assure avoir été contacté, depuis une semaine, par une trentaine d'abonnés à propos d'enlèvements. "J’ai reçu des messages d’alerte comme quoi il faut faire attention car il y a des Roumains qui kidnappent des enfants en camion", nous explique-t-il. D'abord méfiant, il décide de ne pas relayer ces rumeurs. "Je n’ai pas publié les messages car je n’avais pas de preuves et il y a énormément de blagues qui traînent sur les réseaux", nous déclare-t-il. Mais dimanche, à la vue des vidéos, changement de pied : le jeune homme décide alors de relayer ces images. La viralité est en marche...

Les habitants refusent de croire la version officielle

Le post Facebook d'une habitante de Courbevoie compilant ces images, est lui aussi devenu particulièrement viral. Contactée par LCI ce mercredi, cette femme de 36 ans nous explique qu’elle a d'abord vu les vidéos sur son compte Snapchat dimanche soir. "C’est un habitant de Colombes qui a filmé depuis sa fenêtre." Elle affirme également qu'une tentative d’enlèvement d'une petite fille a eu lieu à Noisy-le-Sec. Quand on lui demande pourquoi elle a relayé ces images, cette mère de deux enfants explique : "Je n’ai fait que partager en tant que citoyenne, pour avertir les parents du danger." 


Plusieurs internautes, en commentaires, disent avoir été témoins directs d'enlèvements ou de tentatives d'enlèvements dans le quartier des Grèves, à Colombes.  Là encore, difficile d'obtenir des éléments concrets : auprès de LCI, nos interlocuteurs se ravisent, indiquent tenir leurs informations "d'amis" qui eux, auraient vu des choses. Et d'évoquer des "trafics d'organes derrière ces rapts"....


"Pourquoi voulez-vous que des jeunes s'en prennent gratuitement à des passants en voitures ?", nous rétorque-t-on. L'éventualité d'un emballement des habitants du quartier, de personnes prises pour cible uniquement car correspondant au profil des présumés "kidnappeurs d'enfants" est d'office niée. "Non, non, ce sont bien des personnes qui enlèvent les enfants", nous martèle-t-on.

Une rumeur qui gonfle encore

Pourtant, le parquet de Nanterre, contacté par LCI dès lundi soir, nous indiquait "qu'il n'y avait pas d'affaire d'enlèvement". Que donc cet emballement était le fruit de simples rumeurs. Quant aux violences, celles-ci sont bel et bien avérées. Ce mercredi, la vice-procureure auprès du TGI de Nanterre, nous précise que l'une des deux victimes s'est rendue à la convocation de la police, sans pour autant porter plainte. Il serait désormais "en convalescence avec sa famille à la campagne". Quant au second homme molesté, il s'est évanoui dans la nature.


La magistrate nous livre également les raisons pour lesquelles un tel déchaînement de violence s'est, selon elle, produit. Dans la journée de dimanche, une femme s'est rendue au commissariat "après avoir eu peur à la vue de deux hommes à bord d'une camionnette blanche". Au vu du climat ambiant, peut-être a-t-elle eu peur de se faire enlever, en tous les cas, cette jeune majeure n'a pas jugé utile de porter plainte. Ce qui n'a pas empêché le bruit de courir et d'aboutir au lynchage des deux hommes, visiblement au mauvais endroit au mauvais moment.

Quelle que soit la réalité des faits, les vidéos et divers posts sur le sujet ont continué de circuler massivement ce mercredi. Des avis de recherche de jeunes femmes sont d'ailleurs partagés, accompagnés de consignes : "attention trafic d'enfants, ne laissez jamais vos enfants seuls." Des captures d'articles de journaux évoquant des faits d'enlèvement circulent aussi. Une simple recherche Google permet cependant de constater que ces faits d'enlèvement remontent à plusieurs années en arrière. Le post ci-dessus publié mardi sur Facebook, en commentaire des vidéos du lynchage, correspond à un article du Parisien, datant en réalité... de décembre 2014.


La ville de Bondy (Seine-Saint-Denis) a même dû publier un démenti officiel (post ci-dessous). Elle évoque, elle-aussi des rumeurs d'enlèvements ayant pour conséquence des attaques sur "des personnes en situation de précarité et sans moyens pour répondre. Il est important de vérifier une information avant de la partager", ajoute la municipalité.

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr

Tout savoir sur

Tout savoir sur

À la loupe

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter