Besançon : il étrangle sa compagne et menace son fils en faisant l’éloge de Jonathann Daval

Justice

Toute L'info sur

Mort d'Alexia Daval : son mari Jonathann revient sur ses aveux

FAIT DIVERS – Un homme âgé de 41 ans a été condamné mercredi à 18 mois de prison avec sursis pour avoir, le 10 juillet dernier à Besançon (Doubs), commis des violences sur sa conjointe et menacé son fils de 6 ans. Dans son accès de folie, le quadragénaire avait également loué le courage de Jonathann Daval.

Le récit est glaçant et les conséquences de cet accès de folie auraient pu être irréversibles. Mercredi, un homme âgé de 41 ans a été condamné à 18 mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Besançon. La peine a été assortie d’une mise à l’épreuve de deux ans incluant une obligation de soins et l’interdiction formelle de rentrer en contact avec sa compagne.

Il lui été reproché d’avoir, le 10 juillet dernier au domicile familial, commis des violences à l’encontre de sa compagne et menacé son fils de 6 ans, le tout, en louant notamment le courage de Jonathann Daval, mis en examen pour le meurtre d’Alexia. Commercial de profession, le quadragénaire n’avait à ce jour pour antécédent judiciaire qu’un délit routier, mais cette soirée d’été est venue rallonger la liste. 

Voir aussi

Une séparation à l’origine de la dispute

C’est une séparation qui serait à l’origine du terrible scénario de cette soirée. En couple depuis dix ans, la compagne du prévenu lui aurait indiqué qu’elle souhaitait le quitter. Ne supportant pas cette annonce, ce dernier a réagi d’une façon extrêmement violente, dépassant toutes les limites. 

"Après avoir serré le cou de sa compagne, Monsieur a fini par regagner la cuisine en prenant en otage son fils, qu’il menaçait de tuer avec deux grands couteaux de cuisine. L’un tenu en main, l’autre posé sur la table, à quelques centimètre"s, rapporte l’Est Républicain ce jeudi matin. Le petit de 6 ans reste prostré, et sa mère, traumatisée.

"Jonathann Daval a eu les couilles d’aller jusqu’au bout"

Dans son délire, le quadragénaire a ajouté aux violences des mots insupportables. Il a ainsi fait l’éloge de Jonathann Daval, soupçonné d’avoir tué sa femme en octobre 2017 à Gray-la-Ville en Haute-Saône. "À plusieurs reprises, le quadragénaire a fait l’éloge de Jonathann Daval qui, disait-il, avait "eu les 'couilles d’aller jusqu’au bout" pour mieux "se libérer de sa compagne castratrice", détaillent nos confrères. 

Alertés par les voisins, les forces de l’ordre n’ont pas tardé à arriver sur place. Après des négociations, ils ont fini par délivrer l’enfant et sa mère et interpellé le quadragénaire. Vu par un médecin, l’individu a été décrit comme "borderline", sujet à un puissant "syndrome d’abandon" construit sur "des carences affectives". Il sera désormais suivi.

Lire et commenter