Hauts-de-France : avec l’aide de son père policier, une jeune femme piège son agresseur sexuel

Justice

JUSTICE – Une jeune femme, agressée sexuellement par un homme dans un train en décembre 2018, a piégé son agresseur grâce à l’aide de son père, policier.

En décembre 2018, une étudiante des Hauts-de-France monte dans un train, direction Bailleul, à la frontière avec la Belgique. Un homme de 37 ans s’assoit alors à côté d’elle, puis, sans s’exprimer, colle sa jambe à celle de la jeune femme. Il se met ensuite à se frotter à elle, comme le rapporte nos confrères de la La Voix du Nord.

Arrivée à destination, l’étudiante sort du train, puis appelle immédiatement sa mère pour lui raconter cette agression sexuelle. À vélo, l’homme la rattrape, et lui tend un papier sur lequel il est inscrit son numéro de téléphone, et quelques mots : "Bonsoir, c’est David. Vous êtes très charmante. J’aimerais bien vous connaître. Avec amitié".

Policier, le père piège l’agresseur

Le père de l’étudiante, policier de profession et mis au courant de l’agression, veut alors piéger l’homme. Avec l’aide du commissariat, il fixe un faux rendez-vous galant à l’agresseur. Sur le lieu de l’entrevue, David est interpellé et placé en garde à vue, durant laquelle il reconnaît tous les faits, toujours selon La Voix du Nord.

Au tribunal, ce lundi, l’agresseur se rétracte, et dément ce qu’il avait pourtant reconnu auparavant. Dans des propos rapportés par le quotidien régional, son avocate dénonce une orientation abusive de l’enquête, biaisée par la profession du père de la victime. "Il a simplement fait du genou !", a-t-elle-même déclaré.

Lire aussi

Finalement, l’agresseur sera condamné à six mois de prison avec sursis, une mise à l’épreuve de 2 ans, 150 euros de dédommagement envers l’étudiante et une nouvelle inscription au fichier des auteurs d’infractions sexuelles, lui qui avait déjà été condamné pour agression sexuelle en 2010.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter