Favoritisme à l'INA : le patron de Radio France Mathieu Gallet écope d'un an de prison avec sursis

Justice

CONDAMNATION - Le tribunal correctionnel de Créteil s'est prononcé. Jugé pour "favoritisme", Mathieu Gallet a écopé d'une peine d'un an de prison avec sursis et 20.000 euros d'amende pour "favoritisme". Il a décidé de faire appel.

L’ancien président de l’Institut national de l’audiovisuel (INA) et actuel PDG de Radio France Mathieu Gallet, a été condamné à un an de prison avec sursis et 20.000 euros d’amende ce lundi 15 janvier. Le patron de la Maison Ronde, qui a présidé l'INA entre 2010 et 2014, était jugé pour "favoritisme", soupçonné d’avoir octroyé pour 400.000 euros de contrats à deux sociétés de conseil sans avoir respecté les règles des marchés publics. Le parquet avait requis 18 mois de prison avec sursis et 40.000 euros d’amende, lors d’une longue audience tenue le 16 novembre. 

Mathieu Gallet va faire appel de la décision, ont annoncé ses avocats à l'issue de l'audience. "Compte tenu des conditions dans lesquelles l'enquête et l'audience se sont déroulées, la décision du tribunal n'est pas une surprise", ont réagi Christophe Ingrain et Rémi Lorrain, à la sortie du tribunal correctionnel de Créteil. "Nous faisons immédiatement appel pour que la Cour examine ce dossier avec sérénité et dans le respect des droits de la défense", ont-ils ajouté.

Lire aussi

Des contrats litigieux passés entre 2012 et 2014

Lesdits contrats concernent deux sociétés distinctes. D'un côté, l'entreprise Balises, dirigée par Denis Pingaud, un professionnel de l'audiovisuel utilisé comme "prestataire externe" par Matthieu Gallet pour la communication à l'INA. De l'autre, un cabinet allemand de conseil, Roland Berger Strategy, sélectionné pour conseiller l'établissement public au terme d'un appel d'offres de seulement cinq jours, selon les enquêteurs.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter