Francis Heaulme condamné à la prison à perpétuité pour le double meurtre de Montigny-lès-Metz

Francis Heaulme condamné à la prison à perpétuité pour le double meurtre de Montigny-lès-Metz

Justice
JUSTICE - Après trois semaines d'audience, le "routard du crime" a écopé de sa troisième condamnation à perpétuité, vendredi 21 décembre, pour le double meurtre de Cyril Benning et Alexandre Beckrich, en 1986.

Après sept heures de délibéré, le jury a rendu son verdict. Francis Heaulme, le célèbre tueur en série, a été reconnu coupable en appel du double meurtre de Montigny-lès-Metz, en 1986, et condamné à la prison à perpétuité. Déjà condamné pour neuf meurtres, l'homme de 59 ans avait déjà essuyé le même verdict en 2017 pour ces faits, initialement imputés à Patrick Dils. Ce dernier avait passé quinze années en prison, avant d'être acquitté en 2002. 


Comme en première instance, les trois semaines d'audience n'auront pourtant pas permis d'arracher à Francis Heaulme l'aveu de ce crime. Le "routard du crime" a répété ce qu'il avait dit près de deux ans plus tôt : "Montigny, c'est pas moi". Une dénégation dont se sont saisis les avocats de la défense, dénonçant tout du long un procès "inéquitable" et pour rappeler au jury que "le doute doit profiter à l'accusé". De fait, en l'absence d'aveu et de preuve matérielle autre que la présence de Francis Heaulme non loin des lieux du double crime et ses allusions à ce sujet, les doutes ont longtemps plané.

La défense a d'ailleurs repris au bond l'exemple de "l'aveuglement collectif" de la justice dans l'affaire Patrick Dils : "La justice est quelque part à la recherche de son honneur perdu". Un faisceau d'indices existait pourtant : ainsi, ce témoignage fait au gendarme Jean-François Abgrall, à l'origine de son arrestation, et à qui Heaulme avait confié un jour avoir vu deux enfants morts au bord d'une voie ferrée.


Du côté des parties civiles, on était également divisé. Ainsi la famille de Cyril Benning poussait-elle pour que Heaulme soit reconnu coupable. Celle d'Alexandre Beckrich, elle, voyait dans Francis Heaulme un "coupable de substitution". Un coupable qui, en tout cas, est condamné là pour la troisième fois à perpétuité et se pourvoira en Cassation.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Francis Heaulme de nouveau jugé pour le double meurtre de Montigny-lès-Metz

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter