Gilets jaunes : 3 mois avec sursis requis contre le premier policier jugé pour violences volontaires

Pour la première fois depuis le début de la crise des Gilets jaunes, un CRS a comparu ce jeudi devant un tribunal correctionnel pour le jet de pavé sur des manifestants. Nos journalistes ont assisté à l'audience.
Justice

Toute L'info sur

La colère des Gilets jaunes

JUSTICE - Une peine de trois mois de prison avec sursis a été requise ce jeudi à l'encontre du CRS qui comparait à Paris pour "violences volontaires". Il est jugé pour avoir lancé un pavé en direction de Gilets jaunes le 1er mai dernier.

Trois mois avec sursis. C'est la peine requise ce jeudi à l'encontre d'un CRS, lequel comparait à Paris pour "violences volontaires" durant une manifestation des Gilets jaunes. Il aurait lancé un pavé en direction des manifestants, déclenchant ce premier procès d'un membre des forces de l'ordre pour "violences volontaires".

"Les auditions et les vidéos du dossier montrent la haute intensité de cette manifestation", avait relevé en début de journée le président du tribunal en ouvrant cette audience, qui se tient quelques jours après le premier anniversaire du mouvement, émaillé une nouvelle fois de heurts samedi dans certains quartiers de la capitale. "Le 1er mai était une journée extrêmement violente (...), ils ont été victimes de jets de projectiles", avait pour sa part déclaré devant la salle d'audience l'avocat du policier, Me Laurent Boguet, plaidant la relaxe et récusant tout dérapage. 

Voir aussi

Sur une vidéo partagée des milliers de fois sur les réseaux sociaux, on le voit lancer un pavé en direction de manifestants le 1er mai, lors d'une journée d'action marquée par de nombreux des heurts. Les images, filmées en face de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, dans le XIIIe arrondissement, ne montrent pas où a atterri le projectile et s'il a blessé quelqu'un. Toujours en poste, ce policier de 44 ans encourt jusqu'à 3 ans emprisonnement et 45.000 euros d'amende.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter