Gilets jaunes : 2000 personnes condamnées depuis le début du mouvement

Justice
JUSTICE - Nicole Belloubet, ministre de la Justice a dévoilé ce dimanche, au lendemain de l'acte 19, le nombre de gardes à vue et de condamnations prononcées depuis le début du mouvement des Gilets jaunes.

Des précisions qui permettent de mesurer plus précisément l'ampleur des arrestations des manifestants durant les différents week-ends de rassemblement des Gilets jaunes. Ce dimanche 24 mars, Nicole Belloubet, garde des Sceaux a annoncé que depuis le début de la contestation sociale, le 17 novembre, plus de 8700 personnes ont été placées en garde à vue et 2000 personnes ont été condamnées. 


"Sur les 2.000 jugements (de condamnation, ndlr) qui sont déjà intervenus, le chiffre qu'il convient de retenir, c'est que 40% sont des peines d'emprisonnement ferme et 60% sont d'autres types de sanction, par exemple des travaux d'intérêt général, des sursis, etc...", a dévoilé Nicole Belloubet sur BFMTV. 

Depuis le 17 novembre, 390 mandats de dépôts ont été prononcés

A cela, il faut également préciser que "près de 1.800" personnes interpellées lors des manifestations qui se tiennent tous les samedis depuis plus de quatre mois en France, doivent encore être jugées, a-t-elle indiqué. Les chiffres de condamnations prononcées augmentera donc, dans les semaines ou les mois à venir. 


Depuis le début du mouvement également, "390 mandats de dépôt" ont été prononcés. C'est-à-dire que les personnes sont allés en prison après leur condamnation, ou le sont dans le cadre d'une détention provisoire en attendant leur procès. En ce qui concerne les peines, celles-ci vont de un mois à trois ans de prison. Parfois, celles-ci sont assorties d'une mise à l'épreuve. "Il peut par ailleurs être observé que la peine d'interdiction de séjour, notamment à Paris, est fréquemment prononcée à titre complémentaire, notamment dans le cadre des comparutions immédiates", indique les données du Ministère. 

A l'issue de l'acte 19 des "gilets jaunes", le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a indiqué, ce samedi 24 mars, lors de son point presse, que 233 personnes avaient été interpellées, dont 172 placées en garde à vue, dans toute la France, et 107 ont été verbalisées pour avoir tenté de prendre part à des rassemblements interdits. A Paris, le parquet a indiqué, ce dimanche que 75 personnes, dont 17 mineurs, avaient été placées en garde à vue. 18 procédures ont été classées sans suite parmi les majeurs et trois parmi les mineurs. Au total, 46 gardes à vue étaient encore en cours dimanche en fin de matinée.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter