Gilets jaunes : enquête ouverte après la décapitation d'un pantin à l'effigie de Macron

Gilets jaunes : enquête ouverte après la décapitation d'un pantin à l'effigie de Macron

Justice
MISE EN SCÈNE – La préfète de Charente a signalé au parquet une mise en scène macabre lors d’un rassemblement de Gilets jaunes à Angoulême. Un pantin à l’effigie du président Macron a été décapitée à la hache.

Ces faits "portent gravement atteinte tant à la personne qu'à la fonction  du président de la République". La préfète de la Charente, Marie Lajus, a signalé au parquet du TGI d’Angoulême, la mise en scène organisée vendredi soir en marge d’un rassemblement des Gilets jaunes dans la ville. Devant des dizaines de spectateurs, un pantin a été décapité à la hache par un homme déguisé en bourreau. Le pantin portait un masque d’Emmanuel Macron. 

Des faits "susceptibles d'être qualifiés pénalement"

Une mise en scène macabre pour la préfecture. Ces faits sont "susceptibles d'être qualifiés  pénalement", précise la préfecture dans un communiqué. "Cette manifestation avait fait l'objet d'une déclaration en préfecture  mais le détail de son déroulement n'avait pas été précisé", précise la  préfecture.

Ce n’est pas la première fois qu’un pantin à l’effigie d’Emmanuel Macron subit un tel sort. En avril 2018, à Nantes, lors d’un rassemblement contre la politique du gouvernement et notamment la réforme de l'université et celle de la SNCF, un mannequin à l’effigie du président de la République avait été pendu, frappé puis brûlé. François de Rugy a demandé que les responsables politiques et syndicaux condamnent cet acte.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter