Gilets jaunes : Eric Drouet et Maxime Nicolle annoncent avoir été convoqués par la gendarmerie

Justice

Toute L'info sur

La colère des Gilets jaunes

JUSTICE - Ces deux personnalités des Gilets jaunes disent avoir été convoquées par les forces de l'ordre, Maxime Nicolle ce jeudi pour "provocation publique à la commission de violences suivie d’effet", et Eric Drouet ce mercredi en audition libre "pour à peu près la même chose".

Deux des figures les plus connues des Gilets jaunes, Eric Drouet et Maxime Nicolle, ont fait part mercredi de leurs récentes convocations par les forces de l'ordre. Maxime Nicolle a annoncé sur Facebook avoir été convoqué jeudi pour "provocation publique à la commission de violences suivie d’effet". Eric Drouet a quant à lui indiqué été auditionné ce mercredi "pour deux vidéos Youtube avant et après l'acte 16", qui a eu lieu le 2 mars et a été marquée par des violences sur les Champs Élysées.

Plus tard, ce mercredi, Eric Drouet a affirmé dans un direct vidéo sur Facebook, puis sur Twitter, être sorti de son audition et qu'une plainte aurait été déposée par le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner. Pour le Gilet jaune, il s'agit d'une tentative pour les "intimider", lui et Maxime Nicolle. "Non M. Castaner, les Gilets jaunes sont un ensemble, pas deux personnes !", a poursuivi Eric Drouet.

Maxime Nicolle a interprété de la même manière sa convocation. Celle-ci est, selon lui, "tout à fait normale" et a pour objectif de "faire peur". "On sait comment ça va se passer, on sait ce qu’ils vont tenter, qu’il y a de grande chance qu’il y ait une garde à vue", a-t-il poursuivi. Et de conclure : "Ils veulent nous enterrer, mais nous sommes des graines."

L'avocat de Maxime Nicolle, Juan Branco, a affirmé qu'il serait avec son client lors de sa convocation, qu'il estime être une "procédure politique initiée par le Premier ministre". Maxime Nicolle avait été interpellé lors d'une manifestation de Gilets jaunes fin janvier à Bordeaux, puis placé en garde à vue pour "participation à un attroupement non-autorisé", avant d'être libéré sans poursuites. Lors de l'acte 20 des Gilets jaunes, il avait été condamné à payer une amende de 135 euros pour "participation à une manifestation interdite". 

Eric Drouet avait également dû s'acquitter après un passage devant le tribunal d'une amende pour avoir organisé deux manifestations non déclarées à Paris, et a annoncé qu'il ferait appel.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter