Grande roue de Paris : le "roi des forains" Marcel Campion mis en examen

DirectLCI
FAVORITISME ? - Marcel Campion, exploitant de la célèbre Grande roue de Paris, a été mis en examen mercredi dans une enquête portant notamment sur la convention passée avec la mairie pour l’installation de son attraction place de la Concorde.

Le "roi des forains" a-t-il été favorisé pour installer sa célèbre Grande roue place de la Concorde, à Paris ? Le juge Renaud Van Ruymbeke vient en tout cas de mettre en examen Marcel Campion, gérant de la société exploitant l’attraction, pour recel de favoritisme et abus de biens sociaux. L’affaire avait éclaté en octobre 2015 avec un article du Canard enchaîné, à la suite duquel les enquêteurs se sont penchés sur la gestion des activités foraines de l’entrepreneur de 77 ans, ainsi que sur les conditions d’attribution en 2015 par la ville de Paris de l’emplacement de sa Grande roue.

En vidéo

JT 13H - Paris : la Grande Roue trônera bel et bien sur la place de la Concorde

De l'aide au sein de la mairie ?

Pour rappel, Marcel Campion avait reçu le droit d’installer son attraction place de la Concorde dans le cadre d’un marché de gré à gré (conclu directement entre les deux parties), après qu’un appel à propositions ait été déclaré infructueux malgré deux candidatures : celle de Fêtes Loisirs, la société de Marcel Campion, et celle d’une entreprise du Liechtenstein. 


A l’issue de la clôture de l’appel à propositions, la mairie avait appris que le concurrent du "roi des forains" avait été joint par un faux email censé provenir de la municipalité, afin de discuter du dossier de la Grande roue. Or, son identité ne pouvait être connue que par les services de la ville.


La mairie de Paris s’est depuis constituée partie civile pour s’assurer "qu’aucune des procédures liant la société Fêtes Loisirs à la Ville de Paris n’a été faussée". Ses principales conventions d’occupation du domaine public font l’objet d’une mise en concurrence, rappelle-t-elle.

Une requête en nullité va être déposée

Face à la mise en examen de son client, l’avocate de Marcel Campion a rapidement répliquée : "la vraie question, c'est : qui sont les auteurs du favoritisme ? Pour  l'instant, c'est la grande inconnue, sachant par ailleurs que le fait de penser que le délit de favoritisme peut s'appliquer à un marché de gré à gré est une ineptie juridique". Elle a fait savoir qu'elle allait déposer une requête en nullité de cette double mise en examen, qui concerne également des soupçons d’abus de biens sociaux sur Fêtes Loisirs, à hauteur de 75 000 euros.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter