Accusation par Greenpeace de "délits boursiers": EDF dépose à son tour une plainte pénale

DirectLCI
ENERGIE - Greenpeace a annoncé ce jeudi avoir porté plainte auprès du parquet financier contre EDF et son PDG pour "délits boursiers". Ce soir, EDF dépose plainte à son tour parlant "d'allégations mensongères"

EDF mentirait-il sur sa situation financière ? Greenpeace a annoncé ce jeudi avoir porté plainte contre le groupe énergétique et son PDG, Jean-Bernard Lévy, suite à des alertes publiées dans plusieurs rapports de la Cour des comptes puis plus récemment par la société d’analystes AlphaVAlue sur les graves inexactitudes affectant les finances de la société. L'organisation "demande au parquet d'ouvrir une enquête préliminaire ou que soit désigné un juge d'instruction sur ce sujet d'intérêt général où les actionnaires, investisseurs mais également les citoyens français sont induits en erreur par EDF et son PDG".

Selon les informations que Greenpeace a dévoilé à LCI, EDF dissimulerait une très grosse partie des coûts qu’elle devrait provisionner : entre 50 et 70 milliards d'euros pour le démantèlement et la gestion des déchets nucléaires. "Cette insincérité est corroborée par l’affirmation inconsidérée, dans son rapport semestriel de juin 2016, sur la prolongation de la durée de vie des centrales à 50 ans", indique l'Organisation de défense de l'environnement.


Greenpeace dénonce, par ailleurs, le régime d’exception dont profite l’entreprise EDF sur de nombreux terrains, y compris financier : "Il est temps que des autorités judiciaires se prononcent sur ces pratiques boursières frauduleuses. Ces délits sont particulièrement graves notamment parce qu’ils concernent le secteur du nucléaire où l’exploitant est censé redoubler de précautions et de vigilance eu égard aux impacts potentiels de ces écarts sur les personnes et l’environnement". 

25 milliards provisionné

Selon le rapport, rendu public le 17 novembre, le groupe français n'aurait provisionné que 25 milliards d'euros alors qu'AlphaValue estime "entre 57,3 et 63,4 milliard d'euros en 2025" les fonds nécessaires à ces opérations. Pour ses calculs, le cabinet se base notamment sur des hypothèses tirées de plusieurs rapports de la Cour des Comptes, parfois différentes de celles utilisées par EDF, sur les coûts de déconstruction des centrales et la nécessité de fermer au moins 17 réacteurs pour respecter les objectifs de la loi sur la transition énergétique.

 

Le cabinet a également comparé les calculs d'EDF avec ceux d'autres exploitants nucléaires, notamment allemands. Dans un communiqué publié sur son site, l'électricien avait contesté "vigoureusement les prétendues analyses comptables et financières" réalisées par AlphaValue, précisant évaluer "les voies permettant de protéger et faire valoir ses droits".

EDF porte plainte à son tour

EDF a annoncé ce jeudi soir déposer à son tour une plainte pénale "pour tirer les conséquences de ces allégations mensongères et de ces informations trompeuses". Dans un communiqué, le groupe précise "qu'il conteste vigoureusement" les conclusions du cabinet AlphaValue, et rappelle que ses comptes sont audités et certifiés par ses commissaires aux comptes.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter