Landes : à 61 ans, elle sème la terreur dans le quartier

Justice
CAÏD – Une habitante d’Hagetmau, dans les Landes, a été condamnée à deux mois de prison pour outrage, violences et tentative d’empoisonnement des animaux du voisinage. Le tout à l'âge de 61 ans.

Dans la presse locale, on l’appelle la "caïd du lotissement". Une femme âgée de 61 ans vient d’être condamnée par le tribunal de Mont-de-Marsan à deux mois de prison et 1200 euros d’amende et d’indemnités pour avoir terrorisé l’ensemble de son quartier. Outrage à agent, tentatives d’empoisonnement d’animaux, violences (avec ou sans armes), la liste des méfaits est longue pour la sexagénaire.


Absente à la barre, il a fallu s’en tenir aux comptes-rendus de ses auditions. Et comme le rapporte Sud Ouest, la terreur a réponse à tout. "Je ne supporte pas qu’il étende son linge aux fenêtres", avancent-elles pour justifier un coup de poing au voisin. Les coups de balai au visage d’une voisine handicapée ? Elle ne sait pas tenir ses enfants. Concernant l’outrage à l’agent municipal qui lui demandait d’arrêter de jeter ses déchets verts dans la rue, celui-ci serait "hautain". "J’ai toujours jeté mes herbes par-dessus la clôture. De toute façon, il m’emmerde (sic)". Voilà qui a au moins le mérite d’être clair.

Raviolis et mort-aux-rats pour les chats du voisinage

Et ce n’est pas fini. Le ballon crevé à l’aide du couteau qu’elle garde toujours dans son sac ? Le signe d’égorgement adressé aux gamins du lotissement ? "Les enfants du quartier me harcèlent". Pas que les enfants, visiblement, puisque la "caïd du lotissement" avait également mis au point un mélange de raviolis et de mort-aux-rats pour se débarrasser des chats du coin.

La prévenue était déjà sous le coup d’un sursis pour des menaces proférées en 2012. "Je suis presque obligée de requérir la prison", avance la substitut du procureur. Une recommandation suivie par la présidente, pour deux mois, auxquels 1200 euros d’amendes et d’indemnités sont ajoutés. Les habitants du lotissement vont pouvoir respirer un peu, avant qu’une solution pérenne ne soit trouvée.

Lire aussi

Lire aussi

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter