Harcèlement moral : un maire condamné à 8 mois de prison avec sursis

Harcèlement moral : un maire condamné à 8 mois de prison avec sursis
Justice

JUSTICE - Le maire de la commune de Bar-sur-Loup a été condamné lundi à huit mois de prison avec sursis pour harcèlement moral à l'encontre d'une employée de mairie.

Reconnu coupable d'harcèlement moral sur une employée de sa mairie à Bar-sur-Loup (Alpes-Maritimes), Richard Ribero a vu le jugement de la cour d'appel d'Aix-en-Provence lui éviter la prison ferme. Condamné en première instance à deux mois ferme, il a cette fois-ci récolté huit mois de prison avec sursis. Il devra également verser 7 500 euros de dommages-intérêts à la plaignante en réparation du préjudice moral, comme lors du précédent jugement. 

La victime, secrétaire à la mairie de Bar-sur-Loup, commune de 3 000 habitants des Alpes-Maritimes, avait déposé plainte en janiver 2012. Selon Nice-Matin, elle reprochait à Richard Ribero de lui avoir dit : "T'es bonne", "Tu devrais mettre plus de décolletés" ou "Tu devrais venir sans rien dessous".

Lire aussi

Lire aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent