Haute-Garonne : s'estimant mal pris en charge par le département, 75 mineurs isolés saisissent la justice

Justice

TUTELLE - Soixante-quinze mineurs isolés contestent en justice leur prise en charge, insuffisante selon eux, par le département de la Haute-Garonne.

Pas de "suivi socio-éducatif", pas de "titre de transport", pas d'"argent de poche"... Soixante-quinze mineurs isolés, qui estiment leur prise en charge par le département de Haute-Garonne insuffisante, ont saisi la justice par le biais de leur avocates. 

Ces dernières ont saisi vendredi le juge des tutelles des mineurs du tribunal de grande instance avec ces 75 dossiers, précisant que d'autres suivront . Ces jeunes, notamment des Maliens, Sénégalais et Pakistanais, dont la garde a été confiée à l'Aide sociale à l'enfance (ASE) "sont hébergés depuis plusieurs mois, voire depuis près d'une année pour certains d'entre eux, dans des hôtels, sans être scolarisés ni suivre une formation professionnelle", écrivent les avocates dans un communiqué.

"Mise en péril de leur avenir"

Ces adolescents n'ont en outre pas de "titre de transport", de "vêtements adaptés et d'argent de poche", et ne bénéficient d'aucun "suivi socio-éducatif", précisent les conseils. "Ces pratiques relèvent plus de la gestion de flux migratoires que d'une prise en charge sociale de mineurs isolés", estiment les avocates, qui dénoncent une "atteinte à la dignité de ces jeunes privés de tout référent sur le territoire" et une "mise en péril de leur avenir".

La saisie commune des avocates "montre que ce ne sont pas des cas isolés", précise Me Khoury. Les premières audiences devraient se tenir en début de semaine prochaine.

Le Conseil départemental répond dans un communiqué

A la suite de l'annonce des actions des avocates, le Conseil départemental a souligné dans un communiqué avoir engagé en avril 2016 "un plan ambitieux de création de 450 places pour accueillir et accompagner les jeunes mineurs isolés, et ainsi mettre un terme à l’hébergement en hôtel insatisfaisant à de nombreux égards (pas de domiciliation bancaire, pas de scolarisation possible...)".

"Une cinquantaine de places en centre d’accueil a déjà été créée depuis avril. Des rapprochements avec d’autres départements ont également permis d’apporter une solution d’accueil à d’autres jeunes. Ainsi, près d’une centaine de mineurs isolés parmi les 200 hébergés à l’hôtel a pu trouver une solution d’accueil satisfaisante", selon le texte.

"Les jeunes actuellement hébergés à l’hôtel bénéficient d’un accompagnement par des travailleurs sociaux du département et de cours de français. Des vêtements leur sont également fournis, ainsi que la restauration", a souligné le Conseil départemental de Haute-Garonne.

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter