Héritage de Johnny : en pleine audience sur l'héritage du chanteur, le gérant de son trust américain démissionne

Justice
NOUVEL ÉPISODE - Énième rebondissement dans la bataille autour de l'héritage de Johnny Hallyday. Alors que l'audience autour de la question des royalties du chanteur venait d'ouvrir à Paris ce mardi, le trust américain qui gère ses biens a démissionné.

Nouvel imbroglio dans la saga Hallyday. Mardi 27 novembre, la justice française devait se pencher sur la demande des enfants aînés du chanteur qui, s'estimant dépossédés par le testament de leur père, demandent le gel des royalties de Johnny Hallyday. Mais, à la surprise générale, Bank of America a annoncé sa "démission", éclipsant totalement la requête de Laura Smet et David Hallyday. 

Un "coffre-fort"

Bank of America est la banque américaine regroupant une partie des biens de Johnny Hallyday. Établie en Californie, elle gère un trust créé avant la mort du chanteur au seul bénéfice de Laeticia Hallyday, la veuve du rockeur. Une structure juridique qui regroupe déjà des avoirs de Johnny Hallyday  décédé en décembre 2017. En juillet dernier, ce trust avait ainsi récupéré des véhicules luxueux appartenant au rocker, tels que des Harley Davidson. 


C’est pourquoi Bank of America était devenu le centre des inquiétudes des aînés Hallyday. Et c’est pour éviter que les royalties du chanteur ne lui soit concédées, pire scénario pour Laura et David, qu'ils ont tous deux saisi le tribunal pour demander de geler le versement de 75% des revenus découlant des ventes de disques de leur père. Car ce trust est, selon les avocats, comparable à un "coffre-fort". Ainsi, une fois qu'un avoir y rentre, il ne pourra jamais être extrait. Ils décrivent même ''un aller simple et de façon irréversible".


Aucune raison pour cette démission n’a été avancée. La décision juridique a été mise en délibéré au 18 décembre.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Succession de Johnny Hallyday : le grand déballage

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter